Yannick Bedin

Conseiller municipal de Bourges et Bourges Plus Secrétaire de la section de Bourges du PCF

Accueil > Local > En France, la finance a un gouvernement

En France, la finance a un gouvernement

Publié le , 0 commentaire(s).

Belle rentrée pour notre section PCF hier soir avec une centaine de personnes venue partager un moment convivial dans le beau cadre des jardins du Moulin de la Voiselle. J’ai prononcé l’allocution que vous retrouverez ci-dessous.

Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades,

Je voudrais au nom des communistes de Bourges vous remercier pour votre présence nombreuse à ce rendez vous important : la rentrée.

Nous avions initialement prévu de nous retrouver lors de la traditionnelle fête de section début juillet, mais la concurrence du football et de la coupe du monde était trop forte ce qui nous a conduit à annuler. Je voudrais d’ailleurs m’excuser auprès de celles et ceux qui n’auraient pas été prévenu à temps et seraient venus en juillet.

Pour l’initiative d’aujourd’hui, nous sommes en concurrence avec les universités d’été du parti socialiste. Loin du tohubohu médiatique qu’elles provoquent, avec son défilé de ministres, d’ex ministres, de futurs ministres, notre rencontre d’aujourd’hui a presque valeur de symbole : celui d’une gauche ancrée sur le terrain, de militants, de sympathisants, d’élus issus du peuple, dans et avec le peuple, fidèle à ses valeurs, bref la gauche de toujours, celle à qui l’on doit les plus grandes conquêtes sociales et ouvrières depuis deux siècles. Le Parti communiste est de cette gauche là, vous êtes de cette gauche là. Celle qui de la Révolution française à la Commune de Paris, de Jaurès au Front populaire, de la Résistance à l’union de la gauche des année 1980, a toujours défendu et promu les intérêts économiques, sociaux et politiques des travailleurs, des créateurs bref du peuple tout entier.

Il est bon de rappeler à ceux qui aujourd’hui nous disent incarner la gauche à la tête du gouvernement et dans la majorité présidentielle, pour mieux la faire mourir, pour mieux la tuer et avec elle toutes les conquêtes sociales afin de servir les intérêts de la finance : il y a encore dans ce pays qu’on appelle la France, des femmes et des hommes, des salariés, qui connaissent la valeur de la sécurité sociale, du code du travail, des services publics, de la recherche et de la création culturelle, de la solidarité...

Ces valeurs et ces conquêtes sont plus actuelles que jamais : elles sont la meilleure réponse à la crise dans laquelle la finance a plongé le monde et notre pays. Alors on nous dit : « on peut pas faire autrement », « les caisses sont vides », « le travail coûte trop cher »... J’en passe. Ces discours tenus à droite comme dans une partie de la majorité présidentielle, tenus par Valls et Hollande, par le Medef, n’ont qu’un but : faire passer la pilule amère libérale pour encore plus gaver les actionnaires, les grandes entreprises, les quelques familles qui continuent de s’enrichir malgré la crise, ou grâce à elle, quand dans le même temps les salariés, les retraités croulent sous les augmentations d’impôts, de cotisations, avec des salaires et des pensions bloqués, quand les pme souffrent du diktat des banques et des donneurs d’ordre.

Je ne vous abreuverai pas de chiffres. Quelques uns quand même pour aider à rétablir la vérité :

  • un salarié français travaille aujourd’hui 48 jours par an pour les actionnaires (14 jours seulement en 1981 !), 80% des profits des entreprises 
alimentent directement les comptes de l’actionnariat (contre 30% dans les années 80). C’est le capital qui coûte cher pas le travail. C’est lui qui vide les caisses, prive notre économie des investissements nécessaires au développement et à l’emploi.
  • Les grandes entreprises françaises réalisent la meilleure performance du versement de dividendes aux actionnaires : en hausse de 30,3% au deuxième trimestre 2014 par rapport au deuxième trimestre 2013, alors même que l’investissement baisse
  • les 500 plus grandes fortunes en France ont vu leur patrimoine gonfler de 25% en 2013

Ces trois exemples révèlent bien qui tire les ficelles de la politique menée depuis vingt ans : la finance. Celle dont le candidat Hollande disait dans sa campagne en 2012 dans le fameux discours du Bourget : «  Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance . »

Bas les masques ! Aujourd’hui le roi est nu : les Français savent que la finance a un gouvernement, il se nomme le gouvernement Valls 2, compte dans ses rangs de fidèles serviteurs comme Michel Sapin, Marisol Touraine et des décideurs de premier plan, qui jusque là était dans l’entourage de François Hollande, comme Emmanuel Macron, ministre de l’économie, ancien de la Banque Rotschild qui a gagné en quatre mois en début d’année 900000€ et nous dit aujourd’hui qu’on est trop payé en France et qu’on travaille trop peu.

C’est pour cela que Pierre Laurent a appelé les parlementaires qui veulent rester fidèles à la gauche, qui veulent même seulement rester fidèle à la feuille de route du candidat Hollande, à voter contre la confiance à ce gouvernement. C’est ce que feront les parlementaires communistes et du Front de gauche, Nicolas Sansu en tête.

Les forces sociales, politiques citoyennes à rassembler existent. Nous communistes, lançons un appel aux socialistes, aux écologistes, aux syndicalistes, aux citoyens de gauche à se rassembler et bâtir un projet alternatif autour de grandes mesures d’urgence pour notre peuple et notre pays. Nous n’avons pas le droit d’abandonner à leur désespoir ceux qui se sont engagés avec des valeurs qui nous sont très souvent communes. Nous ne devons pas abandonner ceux qui ont cru au changement en votant François Hollande. Le premier grand rendez-vous sera la Fête de l’Humanité. La Fête de l’Humanité sera le premier lieu d’effervescence de ces nécessaires débats. Et nous allons mener dans les semaines qui viennent des initiatives pour bâtir cette alternative.

La première des tâches est, sur chaque terrain possible, de stopper la politique gouvernementale. Des batailles immédiates sont à mener. Il faut protéger l’investissement public avec l’abandon des 28 milliards d’euros de suppressions de crédits publics aux collectivités locales. Il faut baisser la TVA sur les produits de première nécessité, construire la réforme fiscale, qui n’a jamais été faite, qui taxera les dividendes et encouragera l’investissement créateur d’emplois, protéger et développer les services publics. Il faut faire reculer le Medef sur la réforme du statut des intermittents car il en va de l’avenir de la création artistique en France. Nos groupes parlementaires organiseront à l’automne des états généraux pour la justice fiscale à l’Assemblée nationale. Nous allons relancer la bataille pour le redressement industriel national en tenant une convention du PCF sur l’industrie en novembre. Nous lancerons également à la Fête de l’Humanité une bataille nationale de pétitions pour exiger la consultation par référendum des Français sur les réformes territoriales. La Ve République est à bout de souffle et nous avons le devoir d’ouvrir le chemin vers une VIe République. Et c’est dans toutes ces batailles que nous construirons les conditions d’une nouvelle alternative politique majoritaire à gauche.

Je vous remercie.

Répondre à cet article

Warning: Missing argument 8 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 15 Warning: Missing argument 9 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 15 Warning: Missing argument 10 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 11 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 12 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 13 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.