Yannick Bedin

Conseiller municipal de Bourges et Bourges Plus Secrétaire de la section de Bourges du PCF

Accueil > Global > Le pari de l’intelligence

Le pari de l’intelligence

Publié le , 0 commentaire(s).

Les deux sujets majeurs qui dominent les conversations sont la météo et la crise financière, économique et sociale. Passons sur le premier sujet qui n’offre gère de prise à l’intervention politique. Le second par contre est au cœur de notre réflexion et de notre action, à nous militants communistes et du Front de gauche.

J’avoue boire du petit lait à entendre les très riches plaider pour une taxation plus forte de leurs revenus ou encore Jean-Louis Borloo demander la taxation des revenus du capital à hauteur de ceux du travail... On évoque aussi au plus haut sommet de l’État et de l’Union européenne la taxation des mouvements de capitaux, idées longtemps portée en France par le PCF et ATTAC. Ne nous y trompons pas : ils sont aux abois pour sauver un système qui les engraissent. Toutes ces sorties médiatiques n’ont qu’un but : permettre de faire avaler la potion amère aux salariés, la rigueur qui serait un poison mortel pour l’économie du pays.

Je vous invite à lire la très bonne analyse de Monique Pinçon Charlot, sociologue, sur ces revirements inattendus des possédants et de leurs fondés de pouvoir :

Lire l’interview de Monique Pinçon Charlot

Les axes majeurs du programme partagé du Front de gauche et de notre candidat Jean-Luc Mélenchon creusent leur sillon dans le débat public. On ne va pas s’en plaindre alors qu’il y a quelques mois encore, tout le débat semblait tourner autour de l’héritière du Front national et de ses thèmes favoris : l’immigration, le repli sur soi, la peur... Je suis convaincu que plus nos arguments pèsent, plus les épouvantails agités par l’UMP ou le FN apparaîtront comme des chiffons de papiers. Je me réjouis aussi que les candidats aux primaires socialistes soient un peu pris de cours alors qu’ils faisaient encore il y a peu de la réduction de la dette et du retour à l’équilibre budgétaire, nous préparant ainsi à des coupes clairs dans les budgets utiles ("l’effort partagé" cher à Mme Aubry et à M.Hollande), l’alpha et l’oméga de leurs discours.

Au Front de gauche, nous faisons le pari de l’intelligence du peuple. Comme en 2005 avec la campagne du référendum sur le traité constitutionnel européen, nous travaillons à expliquer aux salariés, à leur côtés, sur le terrain, les mécanismes en cours et les solutions durables que nous portons.

La dette est un prétexte. Comme l’été est propice à la lecture, comment ne pas vous inviter à lire le billet de Jean Luc Mélenchon qui exprime si bien nos positions sur la crise actuelle.

Répondre à cet article