Yannick Bedin

Conseiller municipal de Bourges et Bourges Plus Secrétaire de la section de Bourges du PCF

Accueil > Local > Législatives, c’est parti !

Législatives, c’est parti !

Publié le , 0 commentaire(s).

J’ai présenté à la presse ma candidature à l’élection législative des 10 et 17 juin prochains aux côtés de Marie Christine Baudouin ma suppléante, de Maxime Camuzat, Conseiller général et maire de Saint-Germain du Puy, de Pierre Houques, secrétaire du Parti de gauche, de Claire Millerioux, responsable des communistes de la Chapelle d’Angillon, de André Decourt, conseiller municipal de Bourges et de Martine Chicot, responsable du PG. Je vous présente les grandes lignes de mes propos tenus ce matin.

J’ai été désigné pour porter les couleurs et les idées du Front de Gauche lors des prochaines élections législatives dans la 1ère circonscription du Cher qui regroupe trois cantons de Bourges, Saint-Germain du Puy-Les Aix, et va jusqu’à Aubigny, Argent en passant par les cantons de Saint-Martin, d’Henrichemont et de la Chapelle d’Angillon.

C’est un territoire que je connais bien pour y puiser mes racines, pour y avoir grandi et y travailler aujourd’hui.

Ma candidature est une candidature de rassemblement.

C’est celle d’un rassemblement inédit, le Front de gauche, autour d’un projet commun et d’un programme : "L’Humain d’abord". Avec Marie-Christine Baudouin, nous voulons rassembler toute la gauche, à l’image de ce que j’avais fait en 2008 lors des élections cantonales dans le canton 2 de Bourges ; j’avais alors failli l’emporter de peu face à la droite dans un canton difficile.

Rassembler, voilà l’urgence !

Il y a besoin de se rassembler face à la crise d’un système qu’on nous présentait comme le seul possible et qui nous montre aujourd’hui qu’il est à bout de souffle. Ce système génère pour le plus grand nombre chômage, précarité, bas salaires, insécurité sociale, mal être et souffrances.

Cette crise que nous vivons est le résultat des politiques libérales qui mettent en concurrence les hommes et les territoires. Je veux rappeler que ce qu’on nous présente comme les lois du marchés sont avant tout des lois humaines, qu’elles résultent de choix politiques.

Depuis de trop nombreuses années, le choix est fait de satisfaire les appétits financiers d’une minorité de privilégiés. Je rappelle qu’entre 2004 et 2010, les 10% les plus fortunés en France ont vu leur patrimoine moyen augmenter de 400 000€.

La droite et sa majorité UMP-Nouveau Centre ont vidé les caisses publiques avec le bouclier fiscal, la réduction de l’impôt sur la fortune, les exonérations de cotisations...

De plans de rigueur en plans de rigueur, elle nous demande de les remplir.

La droite se cache derrière la crise pour masquer le désastre de sa politique.

Chacun doit de poser avant de voter dans notre circonscription, comme partout en France, les questions suivantes.

« Cinq ans après l’élection de Nicolas Sarkozy et du député Fromion, est-ce que je vis mieux ? Est-ce que je me soigne mieux ? Est-ce que j’ai un meilleur accès aux services publics ? Est-ce que mon salaire a augmenté ? Y a-t-il plus d’emplois ? Suis je mieux respecté ? »

A toutes ces questions, il y a de forte chance de répondre « Non » car pour beaucoup, on se soigne moins bien, on gagne moins, on a moins accès aux services publics...

Et ce n’est pas la perspective de la rigueur qui va améliorer les choses bien au contraire ; la rigueur comprime l’économie, asphyxie les entreprises et fragilise les salariés. Elle nous mène dans le mur comme on l’a vu en Grèce, en Italie ou en Espagne. Elle ne remet pas en cause la spéculation financière pourtant à l’origine de la crise.

Candidat pour gagner !

Il y a besoin d’un député dans cette circonscription qui porte l’intérêt général et non celui d’une minorité. Un député qui défende des lois qui répondent en matière de santé, d’école, de pouvoir d’achat, de logement, de services publics... aux besoins de la population. Un député qui mette le développement du territoire au cœur de ses préoccupations en matière agricole, industrielle et de développement des services publics.

Il y a besoin de nombreux députés du Front de gauche au sein d’une majorité de gauche à l’Assemblée, pour affronter les marchés financiers et les soumettre au peuple (et non l’inverse), proposer une autre répartition des richesses, la planification écologique, la 6ème République.

Dans les semaines qui viennent, nous allons organiser des assemblées citoyennes pour la campagne des présidentielles et des législatives, pour que chacun apporte sa contribution au projet L’Humain d’abord pour le pays et nos territoires.

2012 est une chance pour les Français, une chance qu’on a refusé aux Grecs ou aux Italiens à qui les banquiers ont imposé un gouvernement sans vote.

C’est une chance qui nous est offerte de faire le choix d’une autre politique, d’une autre logique qui place l’humain au centre de tout.

Répondre à cet article