Yannick Bedin

Conseiller municipal de Bourges et Bourges Plus Secrétaire de la section de Bourges du PCF

Accueil > Local > Un début d’année à l’offensive !

Un début d’année à l’offensive !

Publié le , 0 commentaire(s).

Traditionnelle cérémonie de vœux pour notre section ce matin. face à une assistance fournie et diverse, j’ai prononcé le discours suivant.

Vœux de la Section de Bourges du PCF 16 janvier 2016

Cher-e-s camarade-s, Cher-e-s ami-e-s, mesdames messieurs

Je voudrais au nom des communistes de notre section vous adresser tous nos vœux de bonheur pour l’année qui s’ouvre. 2016 est là ; elle a chassé 2015, cette année noire que nous venons de passer qui s’est ouverte sur les crimes contre la liberté d’expression et de création et des crimes antisémites et s’est terminée sur les crimes contre un certain art de vivre populaire fait de sorties, de spectacles et de sports à Paris et Saint Denis en novembre. Toutes les promesses faites au lendemain des carnages d’il y a un an, et notamment ce fameux 11 janvier, toutes ont été trahies ou dévoyées par le pouvoir en place. Tous avaient juré main sur le cœur, leur foi en la République et en ses principes, mais au final rien n’a changé,voire tout a empiré.

Je pourrais ici faire la longue liste des mauvais coups, des reniements et des renoncements, des mensonges et des manipulations. Mais j’ai envie au contraire de ne pas en rajouter dans le climat désespérant entretenu par la direction du Parti socialiste, le gouvernement, le président et ses conseillers qui font de l’entretien d’un climat délétère, la condition du maintien d’un Front national fort seul possibilité d’une réélection de François Hollande en 2017. C’est ce froid calcul cynique que font les élites financières et politiques, dans leur système où il n’y a plus de place depuis longtemps pour les valeurs et les idées, et où l’action menée l’est en faveur des mêmes : la bourgeoisie des actionnaires et de la finance, du MEDEF.

N’abordons pas 2016 dans la crainte et la frayeur, le ressentiment et l’amertume.

Nous devons aborder 2016 avec courage et lucidité, les mêmes vertus qui ont ait la marque des communistes dans l’histoire de France et du monde.
L’espoir existe. N’ écoutons pas les vendeurs de résignation et de fatalisme ! Notre peuple n’a pas renoncé à tout, la société française n’est pas seulement pleine de ressentiments, d’aigreur et de repli réactionnaire. Elle est emplie aussi d’énergie, de vitalité positive et progressiste que nous allons cultiver, nourrir, faire prospérer.

La société que nous voulons, la France en commun à laquelle tant de citoyens, tant de salariés et de jeunes mais aussi tant de milliers de gens sur la planète continuent d’aspirer malgré ce qui nous est arrivé, nous la savons possible et plus encore nécessaire. Les enjeux sont importants et nous aurons l’occasion en cette année de Congrès de mieux définir la politique que nous voulons mettre au service du peuple. Dans cette année je vous invite à prendre votre place au sein du PCF.

Nous voulons une société où le droit à au travail soit respecté, parce que le chômage ce n’est pas la compétitivité, c’est le poison qui ronge le pays, et parce que le travail, ce n’est pas un coût, c’est la source de la richesse de la société.Les patrons viennent ainsi de reprendre leur offensive et d’écrire à François Hollande pour lui demander « un plan d’urgence audacieux pour l’emploi ». Mais quel est ce plan ? Aucune proposition pour l’emploi. Un seul credo, toujours le même : rendre les travailleurs plus flexibles, casser le Code du travail, en finir avec le CDI et poursuivre l’effacement des cotisations sociales. Ils ont trouvé un nouveau mot : « le contrat de travail agile ! », mais l’idée c’est toujours la même vieille recette. Pourquoi se priveraient-ils, Macron leur a encore ouvert la porte : le modèle c’est l’ubérisation et le prétendu « entrepreneuriat individuel ». En vérité, la solitude du travailleur face aux patrons. Finies les conventions collectives, les grilles de salaire et de qualifications. L’embauche de gré à gré, voilà leur rêve.

Oui, tout n’a pas été essayé contre le chômage ! Ce qui n’a pas été essayé, c’est de reconnaître le travail et les qualifications par de bons salaires, une hausse des salaires, à commencer par le SMIC aujourd’hui indigne. Ce qui n’a pas été essayé, c’est d’en finir avec l’austérité et de lancer de grands plans d’investissements pour moderniser le pays, pour la transition énergétique et environnementale : industrie, bâtiment, services publics des transports et de l’énergie, formation, éducation, recherche, sécurité. Pour les services du bien-vivre aussi, petite enfance, accompagnement des personnes âgées, handicapées... Ce qui n’a pas été essayé, c’est une nouvelle réduction du temps de travail hebdomadaire, mais aussi du temps de travail sur la vie en avançant l’âge ouvrant droit à la retraite. Ce qui n’a pas été essayé, c’est l’interdiction du travail détaché. Ce qui n’a pas été essayé, c’est de réformer la fiscalité, de réduire drastiquement les dividendes et les recettes financières du capital. Ce qui n’a pas été essayé, c’est de donner sa chance, une vraie chance et un vrai élan à l’économie sociale et solidaire. Et surtout, ce qui n’a pas été essayé, c’est de donner aux salariés, à leurs représentants, des droits nouveaux pour que les décisions économiques - qu’est-ce qu’on produit, comment, où, dans quelles conditions -, pour que les réponses à ces questions ne soient pas uniquement dictées pas la cupidité vorace des actionnaires !
C’est parce que nous portons ce nouveau modèle de développement que nous sommes solidaires des travailleurs de Goodyear (pour lesquels nous allons agir à Bourges) et de tous les syndicalistes en lutte, pourchassés, réprimés, bafoués. Nous condamnons cette justice de classe qui s’abat sur les ouvriers et les employés et qui épargne les exilés fiscaux, les fraudeurs, … Aujourd’hui comme hier, ceux qui défendent l’intérêt du plus plus grand nombre, celui de la nation, ce sont les salariés qui se battent pour sauver leur emploi !
Cette société que nous voulons fixera le cap résolu d’une nouvelle industrialisation productive, de la révolution numérique, et la transition écologique – avec un seul et même objectif : un nouveau mode de développement où social et écologie se conjuguent pour l’humain et la planète, pour une société du bien-vivre et du bien-commun.
Cette société, c’est celle qui redonnera du sens à l’égalité, à la liberté, à la fraternité, en refondant la République pour tous, dans les actes, contre la République de la corruption, des conflits d’intérêts, des arrangements et des petites féodalités électorales qui font que rien ne change jamais... C’est celle qui rendra à la France l’aura d’une nation ouverte et respectée.

Cette société, c’est celle qui reprendra la tête du combat mondial pour la paix, le désarmement et la sécurité collective par le progrès humain partagé.

L’année à Bourges peu favorable à notre parti sur le plan électoral. Que ce soit aux élections départementales ou aux élections régionales, nous sommes forcément déçus des résultats d’autant plus que nous sommes les seuls à porter une réelle ambitions pour la ville. Nous sommes les seuls à porter les projets innovants et structurants, à même de redynamiser Bourges et de lui faire reprendre le chemin du développement. Nous l’avons fait aux dernières municipales avec Jean Michel Guérineau, (dont je dois excuser l’absence pour raison familiales) et une équipe rassemblée et dynamique, nous tachons de continuer même si là encore certains nourrissent la résignation et le fatalisme chez les Berruyers. C’est ce que nous faisons de manière opiniâtre avec Jean Michel dans les domaines budgétaires, des transports et des finances, avec Magali dans le domaine social ou la redynamisation du commerce, avec Annabelle qui suit plus particulièrement les questions liées au tourisme et du patrimoine ou bien des questions culturelle ou d’éducation que je suis.

Car qui peut se résoudre à ce que Bourges est en train de devenir ? Dans quelle catégorie de maire Pascal Blanc va-t-il inscrire son nom ? Celle des maires bâtisseurs comme Jacques Rimbault ou celle des maires destructeurs ? Au nom d’une réalité financière, que nous dénonçons depuis dix ans déjà, Pascal Blanc, qui en est responsable pour avoir été membre de l’équipe Lepeltier saccage la ville : fermeture de la piscine de Robinson (pour laquelle nous avons réuni des milliers de signatures), suppression de la biennale d’art, réduits les activités périscolaires qui n’ont plus aucune légitimité, augmentent les tarifs et les impôts...

Il fait cela sans vision ni aucune ambition pour Bourges. Blanc, comme Hollande d’ailleurs, trahi ses engagements de ne pas augmenter les impôts. Et l’on sent sur les grands dossiers comme le dossier de la Maison de la culture, qu’il y a comme un flottement aujourd’hui. Ce dernier dossier s’il était enterré, ce serait le coup de grâce aux finances de la ville, parce qu’il faudrait indemniser l’architecte retenu entre autre, et que rien ne recommencerait, un coup aussi au rayonnement culturel, à l’attractivité de la ville. Aux Berruyers tentés aujourd’hui de quitter la ville car il devient difficile d’y vivre, nous disons rester et battons nous pour construire le Bourges de demain, cette ville si riche de son passé, de ses associations, de ses acteurs et qui mérite le respect. Nous le disons, Bourges a un avenir !

Alors bonne année et en avant pour ouvrir cette avenir collectif que nous voulons pour Bourges et le pays !

Répondre à cet article

Warning: Missing argument 8 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 15 Warning: Missing argument 9 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 15 Warning: Missing argument 10 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 11 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 12 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16 Warning: Missing argument 13 for formulaires_forum_charger_dist() in /var/www/vhosts/yannick-bedin.org/httpdocs/squelettes/formulaires/forum.php on line 16
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.