Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 26 février 2006

"Les émeutes en banlieues"

C'est le thème du débat organisé par des étudiants à Bourges Mardi 28 février à 18h30 au salon de thé Safran et Cannelle avenue du 11 novembre, dans lequel je représenterai le PCF. Cette rencontre, organisée "à froid", devrait permettre de confronter les opinions et les propositions des forces politiques, des associations, des citoyens.

mercredi 22 février 2006

Un nouveau blog politique local

Alain TANTON, 1er maire adjoint UDF de Bourges et Conseiller régional du Centre, vient d'ouvrir son blog à son tour. Avec le Maire UMP de Marmagne, M.Aymar de GERMAY, nous sommes donc désormais trois élus locaux dans le département à avoir choisi ce mode de communication et d'échanges. C'est une bonne chose que des élus de différentes tendances politiques se lancent ainsi dans la blogosphère car cela permettra d'alimenter le débat démocratique local sur Internet.

mardi 21 février 2006

Blogosphère politique

L’article de Franck Ghitalla sur le site Observatoire Présidentielles 2007, analyse finement le rayonnement des blogs ou sites de l’UMP et du PCF. Titré PC - UMP Etude comparative d'une occupation du web, cet article, après avoir passé en revue les sites les plus actifs (ceux de Bourges pour le PCF en font partie), amorce un début d’explication quant au manque de visibilité du PC dans la blogosphère.

Ainsi pour l’auteur de l’article, la « culture blog » ne serait pas rentrée dans « les mœurs communistes ». C’est sûrement vrai. Je pense qu’une des raisons à cela est qu’il est difficile pour un militant communiste de passer du « nous » au « je », d’où la difficulté à faire un blog plus personnel (c’est en tout cas une difficulté que je rencontre encore). De plus, l’activité des communistes est tournée vers la proximité dans les quartiers, les entreprises : Internet n’est souvent pas perçu comme une priorité, même si un certain nombre d’entre nous essayons d’y être actifs et de militer sur ce terrain là aussi. A cela s’ajoute le fait, qu’une partie importante de la population reste étrangère à la « culture blog », et les militants communistes ne sont pas différents du reste de la population.

Cet article me donne l’occasion de présenter ma propre démarche et d’exposer les difficultés qu’il y a pour moi à faire vivre ce blog. Je suis néophyte en la matière. Techniquement, rien n’aurait été possible sans l’engagement bénévole d’Igor, webmestre et concepteur du site de la Section de Bourges du PCF et de ce blog. C’est donc très modestement que j’aborde l’utilisation de ce moyen avec pour objectif de provoquer discussions et débats sur des sujets locaux ou plus généraux, et de travailler, à la place qui est la mienne, aux convergences nécessaires pour contrer les idées et les politiques néolibérales.

Je ne suis pas encore pleinement satisfait de l'activité autour de ce blog, car la fréquence des commentaires demeure insuffisante. Il faut je crois, un certain temps pour installer une pratique de débat, de réactivité entre l'auteur du blog et les visiteurs. Il reste encore à trouver un « ton » général et éviter le formatage du discours et des attitudes qui caractérise nombre d’élus (tous partis politiques confondus) et qui n’aide pas à la créativité. Peut-être qu’Internet aidera à sortir d’un certain conformisme politique?

lundi 20 février 2006

Pour une décentralisation solidaire

L'Appel des 18, dont les Berruyers ont pu découvrir la teneur dans le numéro spécial de Cher magazine, a été lancé par Alain RAFESTHAIN, Président du Conseil général du Cher et Maxime CAMUZAT, 1er Vice-président, avec la majorité du Conseil général du Cher .

C'est un appel à une véritable décentralisation solidaire, en faveur de l'égalité entre les territoires. C'est un acte de résistance face à la politique libérale menée par le gouvernement, qui montre que le Cher ne se résigne pas à voir ses services publics disparaître et l'action du Conseil général se réduire faute de moyens financiers. C'est aussi la marque du refus de voir la fiscalité locale exploser pour compenser les abandons de l'Etat.

Aux côtés d'élus de gauche à Bourges, dont Jean-Claude SANDRIER, Député, et Jean-Michel GUERINEAU, Vice-Président de la Région, je serai présent sur le marché de la Chancellerie mercredi à 10h30 et sur celui des Marronniers à la même heure jeudi, pour faire signer cet appel aux Berruyers.

A ce sujet, on lira avec profit le discours de Maxime CAMUZAT tenu il y a un an au Conseil général.

dimanche 19 février 2006

Contre l’immigration jetable

Le gouvernement prépare une nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. Une pétition est en ligne que vous pouvez signer pour contester ce projet dangereux.

Ce projet, outre son caractère extrêmement restrictif en matière de droit des immigrés, va permettre une nouvelle fois au gouvernement d’utiliser l’immigration à des fins politiques. Il entend ainsi masquer le désastre social que sa politique entraîne en agitant une nouvelle réforme qui criminalise l’immigration en jetant sur les immigrés la suspicion. Il alimente le racisme et la xénophobie, qui ne cesse de progresser, en faisant de l’immigration la cause des problèmes que notre pays connaît : ce leurre lui permet de neutraliser une partie du monde du travail, qui malheureusement se laisse berner par ces discours.

Il y en a plus qu'assez de cette instrumentalisation de la détresse qui depuis de nombreuses années et sous la plupart des gouvernements, a servi à des fins électorales.

jeudi 16 février 2006

le poison de l'anticommunisme

Nouvelle offensive en Europe contre les mouvements se réclamant du communisme. Cette fois ci, c'est en République tchèque où le gouvernement s'apprête à interdire le 4 mars prochain , l'Union de la Jeunesse communiste (KSM) tchèque (voir à ce sujet l'article de la radio tchèque) . Le pouvoir en place n'osant pas s'attaquer frontalement au parti communiste de Bohême Moravie, troisième force politique du pays, il mène l'offensive contre son mouvement de jeunesse. Cette campagne anticommuniste n'est malheureusement pas isolée en Europe (le dernier épisode en date étant le mémorandum présenté à l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe), et s'accompagne parfois d'une véritable réhabilitation des combattants anticommunistes qui trouvèrent auprès des troupes d'occupation nazie, un appui dans leurs exactions, jusqu'à devenir de véritables supplétifs du IIIème Reich, comme en Lettonie.

Qu'attend l'Union européenne pour dénoncer ces atteintes à la liberté et à la mémoire?

dimanche 12 février 2006

CPE:coup de force

La décision du Premier ministre de créer le CPE à coup de 49.3 a de quoi révolter. La rue s'est pourtant exprimée, le 7 février dernier, de manière forte, quoiqu'en disent certains "observateurs". La réponse du pouvoir est donc de ne pas en tenir compte et de fuir un débat, qui aurait pu s'il s'était tenu, faire apparaître la nocivité du projet à nos concitoyens. Comment ne pas voir dans cette attitude, la crainte que le débat grandisse et avec lui la mobilisation contre le CPE? L'expérience de la campagne référendaire sur la constitution européenne a montré que lorsque les citoyens s'emparaient des questions les concernant, ils pouvaient changer le cours des choses. C'est peut être cela que la droite craint. En tout cas, cette fuite en avant témoigne de l'archaïsme de nos institutions, dans lesquelles on peut gouverner sans tenir compte des acteurs sociaux.

Cette exigence de débat politique a animé le forum du 9 février à Bourges sur les questions du travail et de sa précarisation. Un débat de haute tenue avec les interventions remarquées de Francis WURTZ, Député européen et Président du groupe GUE-NGL au Parlement européen. Une manière aussi de montrer que la politique peut se faire autrement, dans la clarté, pour que chacun se saisisse des enjeux pour mieux pouvoir agir.

A écouter: le podcast de Francis WURTZ, enregistré lors de sa venue à Bourges.

dimanche 5 février 2006

Sur le marché

Ce matin sur le marché, c'était distribution de Bourges pour Tous, le journal des communistes berruyers. L'occasion d'engager la discussion à la veille du 7 février, jour de mobilisation contre le CPE-CNE. à quelques jours du forum du 9 février et à une semaine de la manif de Strasbourg contre la directive Bolkestein.

Long échange sur la précarité avec un salarié d'une PME, qui est passé par les TUC au milieu des années 80. Pour lui, la gauche n'a pas fait mieux que le gouvernement actuel en matière de précarité, rappelant que les TUC et autres SIVP avaient été mis en place par le gouvernement Fabius.

Discussion ensuite avec un enseignant qui ne comprend pas pourquoi il n'y a pas un appel massif à la grève pour le 7 février prochain. Au passage, il s'étonne des positions des élus de la droite locale, "pleurnichant" sur la disparition des services publics dans leur commune (l'agence ASSEDIC à Aubigny, une section professionnelle à Saint-Amand) tout en soutenant la politique du Gouvernement Villepin-Sarkozy.

Plus tard, c'est au tour d'un demandeur d'asile de venir nous trouver, largué dans la nature, une convocation à la Préfecture en poche qu'il ne comprend pas ne parlant pas Français.

C'est ce type de rencontres qui fait prendre la mesure des enjeux pour la gauche anti libérale: redonner de l'espoir, concrétiser par des actes politiques un débouché aux luttes, faire de la politique de manière différente pour ne pas décevoir et respecter les individus.

samedi 4 février 2006

les voix du MEDEF

Les dernières déclarations de Bernard Kouchner, concernant le Contrat nouvelle embauche et le Contrat première embauche, ne sont pas de nature à rassurer le mouvement social et l’ensemble du monde du travail, quand aux intentions d'une partie du PS. Ainsi s’est-il illustré cette semaine en affirmant que la mobilisation de la gauche contre le CNE et le CPE n’est pas moderne. Pour lui, c’est une nécessité de s’adapter au reste du monde. Le reste du monde travaille plus que nous.

Voir dans la précarisation du monde du travail et de la jeunesse, dans la flexibilité, une adaptation à la mondialisation capitaliste, voilà qui a le mérite d’être clair. C’est bien de cela qu’il s’agit : rendre le marché du travail français plus attractif en le débarrassant des contraintes sociales. C’est l’objectif des tenants du libéralisme. Parce que les capitalistes dérégulent, il faudrait donc, à entendre le bon docteur Kouchner, que le monde du travail s’adapte. Et puisque le reste du monde travaille plus que nous (que lui certainement), il faudrait se mettre au diapason du reste du monde.

Cette logique tourne le dos au progrès social, c'est-à-dire au bien être des individus, et à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs. C'est une logique du renoncement à développer les solidarités avec les travailleurs des pays du Sud et d'Europe de l'Est, pour tirer vers le haut leur système social. B. Kouchner emboîte le pas de ces « experts » et autres « journalistes », gagnant très bien leur vie puisque payés pour expliquer aux salariés de France qu’ils gagnent trop et croulent sous les avantages sociaux. Gageons que les salariés et l’ensemble du peuple sauront dans les luttes et les élections à venir, renvoyer les toutous du MEDEF dans leurs niches dorées, comme ils l'ont fait le 29 mai dernier.

jeudi 2 février 2006

La lettre de S.Lepeltier

Aujourd'hui, j'ai comme beaucoup d'internautes reçu "la Lettre de Serge Lepeltier" par courriel. Le Maire de Bourges renoue avec une formule de communication qu'il avait inaugurée avant d'être ministre, et abandonnée depuis.

A propos du renouvellement urbain, le Maire vante la destruction de 527 logements à la Chancellerie et aux Gibjoncs, la livraison de 74 nouveaux logements dans le semestre et la mise en chantier de 86 autres! Bref, on détruit plus qu'on ne reconstruit, signe du déclin démographique de notre cité (que confirme les annonces de fermetures de classes). Serge Lepeltier fait ensuite le bilan de la politique sportive menée par la municipalité. Pas un mot sur la disparition du FCB. La patinoire est citée au titre des équipements sportifs, alors que c'est une structure de loisirs uniquement. Enfin on apprend que Serge Lepeltier doit recevoir l'insigne de Chevalier de la Légion d'honneur. On est content pour lui, mais en quoi est-ce du domaine de l'information municipale? Un Maire qui refuse toute expression à l'opposition municipale dans les Nouvelles de Bourges ou sur le site internet de la ville, au seul prétexte que sur ces média on ne fait pas de politique, se sert des moyens municipaux pour sa communication personnelle, qui elle n'est évidemment pas politique.

mercredi 1 février 2006

Soutien aux élèves sans papiers

A l'appel du Réseau éducation sans frontière, la journée d'aujourd'hui était une journée de soutien aux élèves sans papiers. A Bourges, en début d'après midi, plus d'une soixantaine de personnes se sont rassemblées devant la Préfecture. Enseignants, élèves ou parents d'élèves, élus, ont par leur présence manifesté leur souhait de voir régulariser la situation d'élèves et d'étudiants étrangers à l'avenir incertain. En effet, le Ministère de l'Intérieur leur accorde de terminer leur année scolaire en France (décision prise suite aux mobilisations depuis la rentrée dans de nombreux établissements en France).Plusieurs cas sont connus du Réseau du Cher. La crainte est grande de voir fin juin, les décisions d'expulsion s'appliquer. La France s'honorerait de respecter la volonté de ces jeunes d'étudier dans notre pays. A l'heure où la République doute de ses valeurs, il est vrai tellement malmenées, le respect du principe universel du droit à l'éducation devrait commencer par s'appliquer ici.

Calendrier

« février 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact