Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 avril 2006

Journée de la Déportation

Ce week-end marque la célébration de la journée du souvenir des victimes et des héros de la Déportation. Samedi, à la plaque posée en mémoire de tous les déportés, Place du 8 Mai, a eu lieu une cérémonie simple et digne, en présence de nombreuses autorités et de quelques survivants des camps de la mort. Aujourd'hui s'est déroulée la cérémonie en souvenir des 34 martyrs des puits de Guerry qui périrent au coeur de l'été 1944, atrocement massacrés parce qu'ils étaient Juifs. Beaucoup de monde, des autorités, les familles étaient là pour un instant de recueillement, devant l'émouvant monument érigé par le sculpteur Georges Jeanclos et devant chaque puit. Un seul regret: que le représentant du comité du souvenir de la tragédie des puits de Guerry n'ait pu s'exprimer comme il était prévu. Un oubli, réparé devant le puit des hommes.

Rendre hommage aux victimes de la déportation et des persécutions antisémites et racistes est essentiel pour que la mémoire de ce qui fût la pire tragédie du XXème siècle ne s'estompe pas. Continuer de célébrer les victimes c'est aussi permettre de s'interroger sur notre présent et déceler tout ce qui pourrait apparaître comme une résurgence de la xénophobie, de l'intolérance, du racisme et de l'antisémitisme.

samedi 29 avril 2006

Avec Marie George BUFFET au Printemps

Marie George BUFFET, Secrétaire nationale du PCF, était hier sur le Printemps de Bourges. Conçue comme une rencontre avec les festivaliers, les professionnels du spectacle, la visite de Marie George BUFFET était très loin des gesticulations "people" dans lesquelles excellent certains hommes politiques dans ces occasions là. Un déjeuner de travail, avec des artistes et des créateurs, un débat comble au coeur même du Printemps, une rencontre avec les militants et les élus communistes le soir, auront marqués la journée.

Marie George BUFFET tout au long de cette journée s'est montrée disponible, proche des gens, à l'écoute. J'ai été impressionné par une proximité qui n'est pas de façade. C'est si rare en politique qu'il fallait bien le souligner.

A écouter: le PODCAST de Marie George BUFFET, enregistré lors de sa venue à Bourges.

A voir: le reportage photo de Patrice Leclerc sur Photothèque du mouvement social.

mardi 25 avril 2006

La peur est leur projet

Xavier Lemoine (UMP), Maire de Montfermeil,interdit par arrêté municipal les groupes de plus de 3 mineurs dans le centre de "sa ville". Nicolas Sarkozy, Ministre de l'Intérieur et Président de l'UMP, annonce "qu'il faut aimer la France ou la quitter". De Villiers sort un "livre" où il annonce l'existence de réseaux de plusieurs centaines d'islamistes parmi le personnel de Roissy...

Ces derniers jours auront marqué une étape supplémentaire dans l'ignoble: ces amalgames revendiqués ou sous entendus désignent les jeunes et les immigrés comme les boucs émissaires d'une société qui va mal. Leurs auteurs se gardent bien de remettre en cause le capitalisme libéral, pourtant à l'origine des déréglementations et de l'insécurité sociale dans lesquelles des millions de nos concitoyens sont plongés.

La droite allume des contre-feux racistes et xénophobes, au lendemain de la victoire des salariés et de la jeunesse sur le CPE. Elle fait diversion comme lors de l'embrasement des quartiers populaires, où plusieurs responsables de la majorité pointaient le caractère "ethnique", religieux voire tribal des révoltes de novembre, pour mieux en dissimuler le caractère social. Elle veut masquer ses projets de régression sociale en donnant "un os à ronger" aux victimes de sa politique.

dimanche 23 avril 2006

Printemps de Bourges: J-3

Dans trois jours s'ouvrira le 30ème Printemps de Bourges. C'est toujours un événement pour une ville comme la nôtre. Un événement commercial pour certains, culturel pour d'autres...C'est en fait les deux. Derrière les "grosses pointures", têtes de gondole de l'industrie du disque, il y a un grand nombre d'artistes peu connus pour qui Bourges demeure un tremplin, qu'ils jouent sur scène ou dans les bars de la ville. C'est toute la richesse du Printemps.

A noter, Marie George BUFFET sera présente sur le festival Vendredi 28 avril. Elle participera à un débat à 16h à l'auditorium du Muséum d'Histoire naturelle, en plein coeur du festival. Pour en savoir plus: PCF-Bourges

samedi 15 avril 2006

Pour une alternative unitaire en 2007

A diverses reprises, dans différents billets, j'ai pris position en faveur d'une véritable dynamique unitaire à gauche pour les prochaines échéances électorales de 2007 et 2008. Pas une union à n'importe quel prix, pas un remake de la "gauche plurielle", mais un rassemblement des forces politiques et sociales qui combattent le libéralisme, autour de candidatures communes lors des prochains scrutins, notamment présidentiel.

Cette aspiration, partagée par de nombreux sympathisants de gauche, affirmée au 33ème Congrès du PCF, se fonde sur l'analyse du référendum du 29 mai et la belle victoire du Non à la Constitution européenne. Une majorité des électeurs (notamment de gauche) s'est retrouvée pour faire obstacle à un projet libéral. Cette victoire électorale, celle obtenue par le mouvement social contre un projet renforçant la précarité (le CPE), rendent plus que jamais crédible l'idée qu'aux élections aussi, la droite et le MEDEF puissent être battus par une majorité anti libérale, avec un projet anti libéral.

La tenue de nombreux forums, organisés par le PCF ou par le collectif du 29 mai, permet de débattre d'un projet, des contenus. Ne faut-il pas aujourd'hui passer à la vitesse supérieure et s'engager dans la construction d'une dynamique populaire autour du principe d'une candidature commune à l'élection présidentielle? Le risque est grand à ne pas poser la question franchement.

A gauche, pour l'instant, la personnalisation des enjeux politiques tourne à la "peopolisation" avec la supposée candidature de Ségolène Royal. Sera-t-elle ou non candidate face à Sarkozy, semble être la seule question qui taraude l'ensemble des grands médias. Tout ce vacarme pour enfermer les électeurs dans le piège du bipartisme et leur confisquer le débat politique de fond. Nos luttes, nos victoires sur le libéralisme, ne peuvent se dissoudre dans une candidature issue d'un système à bout de souffle.

Comment sortir de cette nasse sans dès à présent, s'engager sur la question de l'alternative aux politiques libérales et donc sur celle d'un candidat alternatif commun à gauche?

C'est le sens de l'appel lancé par des responsables politiques ou associatifs en faveur de candidats communs à la gauche anti libérales pour les futures échéances électorales. Cet appel fixe les grandes lignes d'un projet alternatif. Il est à mon sens imparfait: il manque la définition des moyens à mettre en oeuvre, notamment financiers, pour les atteindre. Je l'ai signé cependant, car c'est un pas important pour concrétiser politiquement, la volonté de rompre avec les politiques libérales menées depuis 25 ans, par la droite comme par la gauche, et de créer un rassemblement populaire autour d'un projet vraiment neuf.

Pour signer cet appel, cliquer: Alternative unitaire 2007

Dans l'Humanité du 31 mars, un appel de personnalités pour une candidature unique anti libérale en 2007.

L'appel lancé par Marie George BUFFET à l'issue du 33ème Congrès du PCF

Contre la répression des anti-CPE

L'Humanité lance un appel pour l'amnistie et l'abandon des poursuites à l'encontre des lycéens et étudiants qui ont participé aux mobilisations contre le CPE. Vous pouvez signer cet appel en ligne sur le site de l'Humanité.

mardi 11 avril 2006

Après la mort du CPE...

L'annonce du retrait du CPE par le gouvernement est une victoire pour tous ceux qui, durant des semaines, se sont mobilisés, à commencer par les lycéens et les étudiants. C'est une victoire de l'unité syndicale, des salariés du public comme du privé. Près d'un an après le rejet par les Français du projet de Constitution européenne, la forte mobilisation contre le CPE a payé. Le rassemblement, dans l'unité, fait décidément ses preuves.

Et on se prend à rêver...

L'approfondissement des débats, la maturité des mobilisations, l'engagement, redonnent confiance dans l'action politique. Loin des compromissions, des petits arrangements entre amis ou des luttes de places, ces mobilisations, dans les urnes et dans la rue, sont porteuses d'un renouveau. J'espère que cette énergie, ce dynamisme du mouvement social permettra dans les mois qui viennent, de porter un projet réellement transformateur, un projet de rupture avec ces politiques libérales qui nous font tant reculer. Et quoi de mieux que des candidatures de rassemblement de la gauche antilibérale pour incarner cette exigence de changements?

dimanche 9 avril 2006

Démocratie locale

La lettre de Serge Lepeltier d'avril 2006 illustre le difficile exercice de la démocratie locale.

Traitant entre autre du renouvellement urbain, il vante dans l'un de ses billets, les barnums, conçus avec les rencontres pour Bourges, comme des espaces privilégiés par la municipalité pour rencontrer les habitants, leur délivrer de l'information et les "écouter". En aucun cas, ces dispositifs ne sont pensés comme étant des espaces de coélaboration des projets municipaux. Ainsi, il est une expression qui, dans ce même billet, est révélatrice de l'absence de participation des habitants aux projets qui les concernent: "les élus sont ainsi à l'écoute des riverains directement touchés par le projet de Renouvellement urbain". "Touchés" comme on l'est par une catastrophe naturelle ou par un fléau, le terme est plus qu’ambigu. Il révèle l'inquiétude des habitants et montre qu'ils n'ont été pour rien dans les décisions: ils subissent.

Le renouvellement urbain, quoiqu’on en pense sur le fond, va profondément transformer la vie de milliers de nos concitoyens des quartiers Nord ou de l’Aéroport. Ils n’ont pas participé à son élaboration. Pour preuve encore, lors du Conseil municipal du 29 mars dernier, le Maire reconnaissait les interrogations de bon nombre de résidents de ces quartiers quant à leur devenir. Dans la brochure remise aux conseillers municipaux et présentant le PRU , la démarche conduite auprès des habitants est ainsi résumée dans son titre "Information, communication, concertation". La « concertation », vient après l'« information » et la « communication ». C'est que le projet a d’abord été ficelé par les experts, puis présenté aux habitants, à grand renfort de communication.

Pourquoi n’avoir pas mené un véritable travail de construction de projet avec les habitants ? Pourquoi n’avoir pas fait avec les habitants, l’état des lieux, celui des besoins, en terme d’habitat, de services utiles à la population, de déplacements ? Pourquoi n’avoir pas mis à plat la question des loyers et des charges dans les reconstructions et les relogements à venir ?

Le sociologue Henri Lefebvre, dans sa conclusion à La révolution urbaine (Idées/Gallimard, 1979), apporte un éclairage sur la manière dont sont écartés les habitants des grands projets d’urbanisme. Publié en 1970, on remarque que rien n'a vraiment changé depuis.

«(Les habitants) n’ont-ils pas la longue habitude de déléguer à leurs représentants leurs intérêts ? Les représentants politiques n’ont pas toujours joué leur rôle et ce rôle s’est parfois estompé. A qui donc confier la délégation de pouvoirs et plus encore la représentation de l’existence pratique et sociale ? Aux experts, aux compétents. A eux donc de se consulter entre eux et de se prononcer sur tout ce qui concerne « l’habitat » fonctionnalisé. L’habiter et l’habitant se retirent du jeu. Ils laissent aux « décideurs » le soin et le souci de décider (…) Comment l’usager ne se sentirait-il pas le tiers exclu dans la rencontre et le dialogue (s’il y a dialogue et rencontre) entre l’architecte et l’urbaniste ? (…) Quelle est la meilleure conjoncture pour l’usager ? Le conflit, pas trop violent, entre ces deux compétences. Combien de fois l’usager est-il présent pour profiter de cette circonstance ? Rarement. Si dans ce cas il arrive qu’on l’évoque ou l’invoque, rarement on le convoque. L’usager ? Qui est-ce ? Tous se passe comme si l’on (les compétents, les « agents », les autorités) écartait tellement l’usage au profit de l’échange que cet usage se confond avec l’usure. L’usager dès lors, comment le voit-on ? Comme ce personnage assez répugnant qui salit ce qu’on lui vend neuf et frais, qui détériore, qui abîme, qui accomplit par bonheur une fonction, celle de rendre inévitable le remplacement de la chose, de mener à bien l’obsolescence. Ce qui l’excuse à peine.»

mardi 4 avril 2006

Abrogez le CPE!

Nous étions encore plus de 7000 ce matin dans les rues de Bourges pour dire "Non au CPE". Une manifestation massive et déterminée comme partout en France. Comme si le Président de la République n'avait pas parlé, vendredi soir, pour annoncer qu'il promulguerait la loi instituant le CPE, tout en annonçant des modifications à venir. Et alors? Les milliers de manifestants, lycéens, salariés, retraités, dans les rues de Bourges, des millions encore dans toute la France, n'auraient-ils pas compris? Si justement. Ils ont compris qu'une période d'essai même ramenée à un an, c'est encore trop de précarité. Elle leur est, elle nous est insupportable, l'idée que la jeunesse devrait être la catégorie de la population la moins protégée.

Et maintenant? On aurait envie de dire que la balle est dans le camp de la droite, mais on ne sait plus bien qui dirige et décide. Il y a comme un sentiment de confusion (des pouvoirs?) à voir un Président qui définit les contours d'une loi future, et charge les parlementaires UMP aux ordres de la rédiger et de la proposer, en passant outre un gouvernement et un premier ministre en pleine déconfiture. Alors, oui, le seul mot d'ordre qui tienne, c'est le retrait du CPE avant toute discussion sérieuse entre le pouvoir et le mouvement social.

samedi 1 avril 2006

La décomposition de la Vème République

Dans un entretien accordé au quotidien Libération, paru le 1er avril, le philosophe Jacques Rancière analyse la crise de régime que nous connaissons depuis maintenant plusieurs années.

Read next

Calendrier

« avril 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact