Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 31 mai 2006

Ecoliers, vos papiers!

Les menaces d'expulsion du territoire des élèves sans papiers se précisent. A Bourges, et dans le Cher, une vingtaine de cas sont recensés par le Réseau éducation sans frontières du Cher (à noter, la page spéciale de la Nouvelle République de ce jour sur la question). Dernier cas en date, l'expulsion annoncée d'une famille mongole, dont celle d'un enfant de 5 ans, sourd et orphelin, scolarisé en maternelle à Bourges.Devant l'inacceptable, les parents d'élèves et l'équipe éducative se mobilisent. Ailleurs, dans d'autres établissements, les professeurs et les élèves signent des pétitions et manifestent leur refus de voir expulser les élèves sans papiers. J'ai ce jour envoyé un courrier à Serge Lepeltier, Maire de Bourges, afin qu'il intervienne en faveur du respect du droit à l'éducation. Voici la lettre:

Read next

lundi 29 mai 2006

50 000€ pour un sondage

Sur télé berry, une large place était consacrée ce soir au lancement d'une opération, lancée par la mairie de Bourges, de consultation par téléphone des Berruyers. Ca sent les élections qui approchent... Les habitants apprécieront le coût d'une telle démarche: 50 000€ pour contacter 25 000 foyers! L'opération n'est même pas présentée sur le site de la ville. Je ne me souviens pas non plus qu'elle ait été abordée en réunion du Conseil municipal.

On est loin des référendums locaux promis par l'équipe de Serge Lepeltier au moment de la campagne des dernières élections municipales. Une fois de plus, la droite municipale fait dans la communication à défaut de pratiquer la démocratie participative.

samedi 27 mai 2006

29 mai, un an après...

Il y a un an les Français, et parmi eux une grande majorité d'électeurs de gauche, rejetaient le projet de Traité constitutionnel européen. Un Non populaire, ancré dans les quartiers et les entreprises. Le peuple a surgi comme un acteur essentiel de la vie politique, prenant à revers la plupart des médias et des élites socio-économiques, pour exprimer le refus des politiques libérales.

Il n'y a aucune nostalgie dans le fait de célébrer cet anniversaire. L'espoir immense qui s'est levé il y a un an est plus que jamais indispensable aujourd'hui en ces temps de crise politique dans notre pays. Il y a un an, s'est produit ce qui doit être considéré comme un point de départ d'une construction d'un projet politique réellement novateur et transformateur, porté par un candidat ou une candidate unique de la gauche anti llibérale en 2007. C'est à cette tâche urgente qu'il faut désormais s'atteler. L'appel de personnalités et d'organisations lancé le 11 mai dernier devrait permettre d'y parvenir.

samedi 20 mai 2006

Une candidature commune...chiche!

L'appel lancé le 11 mai dernier, par des personnalités et des forces politiques, en faveur de candidatures unitaires à gauche marque sans aucun doute une étape. Beaucoup à gauche ne supportent plus le plan média autour de la candidature de Ségolène Royal, qui ressemble fort à la campagne menée par ces mêmes média en faveur du Oui lors de la campagne du référendum sur la constitution européenne en 2005. Pas de débat de fond, pas de propositions. Je crois que ceux qui agissent dans ce sens se trompent. Les attentes sociales sont fortes. L'exigence politique de beaucoup de nos concitoyens qui veulent en finir avec ces politiques libérales ne peut se réduire à cette attitude de groupies qu'il nous faudrait adopter autour de celle qui "monte" à gauche. D'où la nécessité de faire connaître cet appel.

Read next

dimanche 14 mai 2006

Affichage libre

Il paraît que le panneau d'expression libre installé par la municipalité Place Séraucourt, ne donne pas satisfaction. Trop d'affichage commercial dit-on du côté de la municipalité, peu d'expression du monde associatif. La réflexion serait relancée avant l'installation des autres panneaux prévus. Encore une fois, on ne sait pas avec qui elle sera menée. Pourquoi ne pas mettre autour d'une table l'ensemble des afficheurs: associations, syndicats, partis ou mouvements politiques et décider ensemble ce qu'il est nécessaire de mettre en place pour permettre l'expression du plus grand nombre en respectant chacun? Faut-il prévoir plus de panneaux? Faut-il les réserver uniquement à un affichage non commercial? Autant de question qui je crois, devraient être envisagées dans la concertation la plus large, afin de dépasser les effets d'annonces dont la municipalité est coutumière!

mercredi 10 mai 2006

Elèves sans papiers

C'est sous une pluie battante qu'une bonne centaine de personnes s'est réunie à l'Ilôt Victor Hugo à Bourges aujourd'hui, à l'appel du RESF du Cher, pour soutenir les élèves sans papiers du département. J'ai été heureux de voir des "têtes nouvelles", preuve que le combat en faveur des sans papiers s'amplifie. Content de voir aussi quelques militants ou élus socialistes peu habitués jusque là de ce genre de mobilisation. Il n'en reste pas moins que la position des responsables du PS au plan national reste à clarifier: certains semblent favorables à une régularisation globale des sans papiers, d'autres non. Cette question à gauche est importante: elle soulève le problème de la plus grande précarité d'une partie de la population vivant sur le sol de notre pays. Mobilisée contre le CPE (même si au PS des voix discordantes se sont faites entendre au début) au nom de la lutte contre la précarité, la gauche doit enfin s'attaquer au problème des sans droits que sont les populations privées de papiers. Elle n'a que trop perdu de temps lorsqu'elle dirigeait le pays!

dimanche 7 mai 2006

Etranges étrangers

Poème de Jacques PREVERT, dédié aux étrangers vivant en France, et dont une nouvelle fois la droite veut faire les boucs émissaires des maux de notre société.

Read next

mercredi 3 mai 2006

Il y a 70 ans, le Front populaire

Il y a 70 ans triomphait le Front populaire en France. Le 3 mai 1936, l’union des forces de gauche (PCF, SFIO, Radicaux) remportait la majorité des sièges à l’Assemblée nationale autour d’un programme de transformation sociale, porté par un formidable élan populaire. Ce programme n’a pu être mis en œuvre que grâce à la mobilisation sociale avec les grandes grèves de mai-juin 1936, aboutissant aux accords Matignon et aux grandes lois sociales (semaine des 40 heures, congés payés, allongement de la durée de la scolarité, hausse des salaires…).

Célébrer cet anniversaire, ce n’est pas seulement se souvenir d’un temps lointain. C’est aussi tirer les enseignements pour aujourd’hui, et dans les conditions que nous connaissons.

Aujourd’hui, il est troublant de voir combien les similitudes sont fortes avec cette période. Le Front populaire est né de la volonté de briser la menace fasciste, de combattre le chômage et la crise qui sévissait en France. 70 ans après, le racisme et l’extrême-droite prospèrent sur le terreau de la misère, de la précarité et de la crise de régime. La droite remet en cause les avancées de cette période : allongement de la durée du travail, recul dans la durée de la scolarité obligatoire (avec l’apprentissage à 14 ans) notamment. Elle est frappée par un scandale politique (l’affaire Clearstream). Quant à la gauche, elle est divisée entre ceux qui veulent accompagner la mondialisation libérale et ceux qui la remettent en cause et veulent changer la donne. Il est à noter que le début du renoncement d’une partie de la gauche date en partie de la fin du Front populaire: assez vite, les acquis de 1936 seront remis en cause, provoquant l’implosion du Front populaire.

Battre la droite et réussir à gauche, pour reprendre le slogan du PCF et de Marie George BUFFET, nécessite la rencontre d’un mouvement social offensif et d’ampleur et d’une gauche de transformation sociale, comme en 1936. Actuellement ce mouvement social existe ; la gauche sera-t-elle au rendez vous pour répondre à ses attentes?

NB : l’historienne Annie LACROIX-RIZ vient de publier chez Armand Colin, Le choix de la défaite, les élites françaises dans les années 1930. Elle montre comment dans cette période, les élites économiques, de la presse et de l’armée ont choisi l’Allemagne nazie contre l’URSS, conduisant la France à la défaite de 1940. Plutôt Hitler que le Front populaire disait la bourgeoisie à l’époque…

Calendrier

« mai 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact