Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 30 août 2006

Redonner l'espoir

Aujourd’hui, j’ai accompagné Jean-Claude SANDRIER et Jean-Michel GUERINEAU au marché de la Chancellerie, avec plusieurs militants communistes. Retrouvailles après quelques semaines d’absence, sur un marché populaire, chaleureux et vivant.

Nous avons fait signer la pétition contre la privatisation de GDF, lancée par le groupe communiste de l’Assemblée nationale. Les difficultés de la vie quotidienne ont constitué l’essentiel des discussions. Hausse des loyers, des carburants, de l’électricité et du gaz. Salaires, pensions et minima sociaux stagnants. Chômage et travail précaire. L’impression dominante pour beaucoup est de ne plus pouvoir s’en sortir, de peiner à boucler le mois. L’inquiétude pour les enfants et les petits enfants est palpable chez les plus âgés. Ici, les annonces de la hausse de la prime pour l’emploi faite par le gouvernement semblent sans effet tant le ras le bol est général.

Plus inquiétant, l’impression d’une colère sourde et rentrée quand ce n’est pas du fatalisme ou de la résignation. On semble à mille lieux des échéances électorales à venir et de l’agitation médiatique. Il semble que l’espoir recule. Le spectre du 21 avril 2002 (formule un peu galvaudée mais je n’en trouve pas d’autre) plane : tous les ingrédients d’une forte abstention sont réunis.

L’occupation médiatique permanente par deux défenseurs du Oui à la Constitution européenne, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, favorise le manque de perspectives. Le discours anti-libéral et anti-capitaliste est absent des média.

N’est-ce pas là un élément qui devrait faire réfléchir la gauche anti-capitaliste, pour trouver le chemin de l’union autour de candidatures communes pour les prochaines échéances ? N’est-ce pas le moment en cette rentrée, de créer l’événement en se mettant d’accord autour d’un candidat, d’une équipe et d’un projet communs pour aller ensemble à l’élection présidentielle ? Je ne vois pas d’autre moyen de répondre aux urgences sociales et de faire renaître l’espoir d’un vrai changement dans le pays.

mardi 29 août 2006

Internet, les nouveaux pouvoirs du citoyen

C'est le thème d'un débat qui se tiendra dans l'espace Multimédia à la Fête de l'Huma, samedi 16 septembre à 15h, auquel j'ai prévu d'assister. La problématique en est la suivante:

Internet s’affirme ainsi de plus en plus comme un média répondant au désir d’intervention dans la vie publique. Blogs, podcast, wikis, sites participatifs, Comment les citoyens font irruption dans la sphère médiatique ? Comment les politiques et les médias, notamment à l’occasion des élections de 2007, comptent renouveler leur rapport aux citoyens ?

Le rôle d'Internet semble grandissant dans la vie politique. S'il est vrai qu'Internet a permis de développer la campagne du Non à la Constitution européenne comme l'affirme l'étude menée par Franck Ghitalla et Guilhem Fouetillou, l'utilisation de ce médium a-t-il été décisif pour autant? Pas si sûr. Des études ou des articles sont consacrés aux blogs "d'hommes ou de femmes" politiques, qui se sont multipliés depuis plus d'un an. C'est le cas dans l'édition de l'Humanité dimanche début août ou du mémoire de master d'une étudiante niçoise (qui a notamment sélectionné mon blog pour son étude). Ce mémoire est disponible en cliquant ici.

Il est difficile d'évaluer l'impact au plan local d'un blog d'élu; si l'on se fie au faible nombre de commentaires que l'on trouve sur les blogs des élus du Cher, on pourrait dire qu'il est même nul. Les connexions peuvent par contre révéler un désir d'information. La fin de la problématique, comment renouveler leur rapport aux citoyens, me laisse penser que nous en sommes au tout début de la pratique politique sur le web.

dimanche 27 août 2006

Fête de l'Huma

C'est un peu l'université d'été des communistes. Des dizaines de concerts, des débats partout, des stands régionaux, internationaux ou thématiques, la Fête de l'Huma constitue le rendez vous incontournable de la rentrée politique en France. En quelques secondes, découvrez la fête avec le clip ou en vous rendant sur le site internet de la Fête.

La Fête de l'Huma se tiendra les 15, 16, 17 septembre prochains. J'en reparlerai dans un prochain billet.

samedi 26 août 2006

10 ans après Saint Bernard...

Il y a dix ans, les forces de l'ordre fracassaient l'entrée de l'église Saint Bernard où des dizaines de sans papiers et leurs familles s'étaient réfugiés. Le ministre de l'intérieur de l'époque, Jean Louis Debré, parlait (déjà!) d'une opération qui s'était déroulée avec coeur et humanité. Cet événement marquait le début du mouvement des sans papiers. La France découvrait une réalité, celle de milliers de travailleurs immigrés que la loi rendait, pour certains du jour au lendemain, privés de papiers. Depuis dix ans, bien peu de choses ont changé: démagogie anti immigrés, expulsions, quotas... Et le ministre actuel de l'intérieur parle encore d'humanité. Le jour de leur expulsion, les yeux des enfants de Cachan avaient les mêmes expressions que ceux des enfants de Saint Bernard il y a dix ans.

La gauche a évidemment une responsabilité dans cette situation. La réforme du code de la nationalité de 1998 par E.Guigou (en limitant de manière drastique le droit du sol), le refus d'une régularisation massive des sans papiers et celui d'abolir la double peine, l'absence de volonté du PS d'aller vers le droit de vote pour les résidents étrangers, a fait perdre à la société un temps important et a fragilisé les étrangers vivant dans notre pays. La victoire espérée d'une politique de gauche en 2007 passera par la prise en compte de ces questions et de leur règlement.

jeudi 24 août 2006

La Maison de la culture ouvre

Depuis hier, les amoureux du cinéma peuvent à nouveau fréquenter la salle obscure de la Maison de la culture. Ce que j'ai fait en allant voir le dernier film de Terry Gilliam, Tideland. Pas convaincu par le film, j'étais toutefois heureux de la réouverture de ce lieu cher à de nombreux Berruyers et habitants du département. En terme de création et de diffusion culturelles, la Maison de la culture de Bourges est indispensable à notre ville et au Cher. Impatient aussi de découvrir les spectacles programmés par le nouveau directeur: la saison devrait être dévoilée courant septembre. La maquette et la charte graphique du programme de cinéma qu'ont reçu les abonnés, donnent un coup de jeune à la vénérable maison. Couleur, nouveau visuel qui évoque la façade du lieu déclinée en différents niveaux de rouge, augurent bien de la suite. La pression monte, le mystère est bien gardé (rien dans la presse ni sur le site internet de la MCB). Oui vivement septembre!

mercredi 23 août 2006

Marie George BUFFET sur le web

Aujourd'hui mercredi, j'ai découvert le site internet de Marie George BUFFET. Sobre, efficace et surtout avec du contenu.Ce site devrait permettre de faire connaître les propositions communistes pour les élections à venir. En tout cas, saluons une initiative qui remet un peu de politique loin du Ségolosarko show.

mardi 22 août 2006

Les "délogés"

Je viens de rentrer chez moi après avoir discuté au pied d'un des immeubles d'Avaricum avec un couple d'amis qui y réside encore pour quelques temps, avant comme les autres de devoir partir. Ils me disent qu'il n'y a plus que trois ou quatre logements occupés dans leur bâtiment: les anciens locataires ont été relogés ou sont morts, parfois peu de temps après leur déménagement. Âgé, ce couple m'avoue avoir vécu plus de quarante ans dans le même logement, avec vue imprenable sur la vieille ville, des commerces à proximité. Ils restent fiers d'être parmi les derniers à partir de leur immeuble, qu'ils quitteront à regret.

L'opération immobilière qui doit se réaliser sur ce site aura fait peu de cas des habitants, de leur attachement à leur logement et à leur quartier. Il est vrai que ceux qui décident de telles opérations n'y vivent pas mais parlent en "experts".

Un rêve algérien

Une fois n'est pas coutume, je souhaitais vous signaler la diffusion sur France 2 du film de Jean Pierre Lledo ce soir à 0h25: "Un rêve algérien". Sorti en 2003, ce film suit le retour d'Henri Alleg en Algérie, dont il fût un ardent défenseur de l'indépendance. Communiste, directeur d'Alger républicain, Henri Alleg est l'auteur de "La question". Ce livre publié en 1958, interdit par les autorités, révéla à l'opinion la torture pratiquée par une partie de l'armée française lors de la guerre d'Algérie.

Henri Alleg a publié en 2005 Mémoire algérienne, Souvenirs de lutte et d’espérance, édition Stock.

lundi 21 août 2006

Indigestion

L'actualité politique aura été dominée tout le week-end par la mise en scène médiatique du "duel" Royal/Sarkozy. Pas une télé ou un journal qui n'ait consacré pendant trois jours, une large part aux sorties des deux présidentiables. Pourquoi en serait-il autrement puisque ce sont les deux candidats que plebiscitent les Français, comme semblent le démontrer les sondages qui ouvrent ou clôturent chaque reportage sur les deux prétendants. Indigestion aujourd'hui, tout comme hier overdose de "Oui" à la Constitution européenne dans les mêmes médias. Si ça continue, il faudra en appeler au CSA!

vendredi 11 août 2006

Gauche: soyons responsables!

Les échanges à gauche concernant les échéances électorales de 2007-2008, se multiplient à en croire plusieurs articles de presse. Dernièrement, Marie-George BUFFET a adressé un courrier à l’ensemble des forces de gauche, leur proposant une rencontre sur les propositions de chaque composante. Il faut saluer ce type d’initiative.

Malheureusement, les discussions qui semblent dominer à gauche sont des discussions de « marchands de tapis » (que ces derniers m’excusent pour cette comparaison). Elles relèguent trop souvent les choix politiques au dernier plan, loin derrière les questions de places.

Ainsi les discussions entre la direction des Verts et celle du PS s’apparentent-elles à un petit jeu de chaises musicales. Le quotidien Libération, dans un article publié le 1er juillet dernier à propos des élections législatives, s’en fait l’écho:

Pour Yann Wehrling, le secrétaire national des Verts, «le compte n'y est pas. Notre objectif est une trentaine de circonscriptions gagnables. On en est loin».La dernière proposition du PS n'en compte que 24. «Ce sont de bonnes circonscriptions,explique Bruno Le Roux, en charge des élections au PS. Je leur ai dit que je souhaitais privilégier la qualité à la quantité.» Les Verts ont une tout autre analyse. «Sur les 24, seules une quinzaine est gagnable. On veut bien aller au charbon. Mais entre des endroits tout-cuit et tout-pourri, il y a une marge. Le PS a le sentiment que les Verts sont dans la dèche et ils ont des équilibres internes à ménager»,explique un responsable écolo.

On hallucine devant tant de mépris pour les électeurs des endroits « tout-pourri ». Ce n’est pas avec ce type de spectacle que l’on redonnera la confiance et des perspectives aux électeurs de gauche. On se dit que lorsque des états-majors discutent ainsi, c’est qu’ils n’ont rien compris et rien appris de la dernière période. Le rejet de la Constitution libérale le 29 mai, la victoire du monde du travail et de la jeunesse contre le CPE, la mobilisation citoyenne pour défendre les jeunes sans-papiers, imposent des discussions et des accords sur un contenu et une dynamique politique qui permette de battre la droite et d'améliorer la vie de nos concitoyens.

jeudi 10 août 2006

Drame de la précarité

Le Berry républicain a publié un article dans son édition d'aujourd'hui, concernant une personne vivant dans un garage à Bourges, faute de ressources suffisantes. Sans aucun confort, elle vit là, bénéficiant de la solidarité de quelques amis.

A lire l'histoire de cette dame, on se demande comment est-ce possible de vivre ainsi en France au début du XXIème siècle? Comment dans un des pays les plus riches de la planète, les accidents de la vie peuvent vous précipiter dans la plus grande précarité? Comment dans une ville comme Bourges, disposant d'un certain nombre de logements HLM vacants, ne peut-on pas trouver de solution au relogement de cette personne? Ce sont là des aberrations d'une société, que je dénonçais dans mon billet sur la précarité dans le Cher.

En lisant cet article, je repensais à ce mot écrit par un anonyme sur le portrait du jeune Zolboot sur les murs de la ville. Ce mot disait: "Occupez vous plutôt de la misère des Français!".

Les deux situations n'ont rien à voir mais elles révèlent une chose: ce n'est pas parce que l'on durcit les conditions de vie des travailleurs étrangers ou des demandeurs d'asile en France, que la vie de nos concitoyens s'améliore. Ce sont les politiques libérales menées en matière économique, de choix budgétaires, de fiscalité qui entraînent la précarisation du plus grand nombre. Comme je l'ai maintes fois écrit, les discours et les politiques anti immigrés ne sont là que pour faire diversion.

La détresse n'a pas de nationalité ni de couleur de peau. Lorsqu'elle touche un semblable, un être humain, elle doit être combattue. Lorsqu'elle est générée par un ordre injuste, qu'il soit national ou international, la politique doit apporter des réponses pour le changer.

lundi 7 août 2006

Mobilisés contre la guerre

J'étais ce soir au rassemblement devant la Préfecture de Bourges, pour dénoncer la guerre menée par Israël contre le Liban et la Palestine. Malgré la période estivale, une soixantaine de personnes avait répondu à l'invitation du Collectif 18 contre la guerre. Bien sûr, ce type de rassemblement peut paraître dérisoire, alors que la guerre se poursuit et que la communauté internationale est en panne. Pour autant, l'intervention des peuples est importante pour montrer notre refus de la violence impérialiste, de l'ordre mondial libéral, et notre solidarité, comme citoyens du monde, avec les victimes des conflits.

samedi 5 août 2006

Rassemblement pour la paix

Chaque jour qui passe au Proche Orient est une épreuve pour les peuples de cette région. L'horreur le dispute à l'ignoble à Gaza et au Liban. La guerre menée par le gouvernement d'Israël précipite un peu plus les Israéliens dans l'insécurité et la précarité. Le mur de l'incompréhension, de la haine entre les peuples et les cultures s'élève jour après jour sur des monceaux de cadavres, au risque d'avoir des répercussions irrationnelles dans l'ensemble du monde.

Comme beaucoup, je suis indigné par la logique du deux poids deux mesures qui régit actuellement les relations internationales, notamment dans cette région du monde. Cette guerre doit cesser immédiatement. Le Liban doit retrouver sa pleine souveraineté; toutes les résolutions de l'ONU concernant les Palestiniens doivent s'appliquer. Il faut exiger une intervention ferme de la communauté internationale contre le gouvernement isrélien qui bafoue les droits des peuples libanais et palestiniens.

Lundi 7 août à 17h devant les grilles de la Préfecture de Bourges, à l'appel du Collectif 18 contre la guerre, se tiendra un rassemblement contre cette guerre. Soyons nombreux à y participer pour montrer aux peuples libanais et palestiniens, ainsi qu'aux forces de paix israéliennes, que nous ne les oublions pas, que nous sommes solidaires.

jeudi 3 août 2006

Pas de trêve pour les régularisations.

Mercredi sur le marché, j'ai participé avec le RESF18 et le Comité de vigilance, à la campagne de mobilisation en faveur de Zolboot. Cartes pétitions en main, nous avons fait signer des dizaines de personnes, de tous milieux et de toutes origines. Plusieurs personnes prenaient les cartes en promettant de les envoyer elles mêmes; certaines en prenaient plusieurs pour des amis ou des membres de leur famille. Une maman me confiait que Zolboot était dans la classe de sa fille et que celle ci était particulièrement touchée par sa situation. Une animatrice qui a eu Zolboot en structure d'accueil s'émouvait de l'injustice qu'une expulsion d'un enfant sourd de six ans représenterait.

Une chose est sûre, c'est que l'opinion est plus que sensibilisée sur ce cas précis. La préfecture a-t-elle d'autre choix que de régulariser Zolboot et sa famille?

Il faudra être aussi particulièrement attentif au sort que réserve l'administration aux autres cas, notamment ceux des élèves majeurs sans papiers qui ne rentrent pas à priori dans le cadre de la circulaire Sarkozy. Il y a de quoi être inquiet à lire les propos du Ministre tenus lors d'une réunion des préfets, rapportés par le Canard enchaîné de mercredi dernier: il les enjoint à accélérer les expulsions. L'annonce par Nicolas Sarkozy du quota de cas régularisables (6000!), alors même que l'échéance n'est pas atteinte, laisse tout à craindre. Alors, même au coeur de l'été, restons mobilisés.

Calendrier

« août 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact