Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 31 octobre 2007

Ne baissons pas la garde!

Je rentre de quelques jours de vacances à Paris. Quelques jours qui m'ont permis de visiter de nombreuses expositions, dont celle consacrée à Courbet, et de profiter d'une ville magnifique. Paris, plus belle ville du monde? Je l'ignore. En tous cas, je trouve qu'elle reflète par bien des aspects l'état de la société française. On voit des SDF sur les trottoirs ou sous les ponts; ils sont là dans une indifférence quasi générale, alors que s'étale le luxe dans les vitrines du quartier de la Concorde, où le moindre manteau coûte plusieurs SMIC. J'ai passé une soirée à Belleville, un quartier encore populaire mais menacé par la spéculation immobilière, qui va repousser les familles les plus modestes vers la périphérie.

J'ai participé au rassemblement de riposte à Sarkozy organisé par le PCF, samedi. La qualité des interventions des divers représentants syndicaux ou associatifs n'a pas réussi à masquer la faiblesse du nombre de participants: 5000, c'est peu pour un rassemblement national, alors qu'il y a quelques mois, 15 000 personnes étaient à Bercy avec Marie George BUFFET. Je vois plusieurs raisons à cela. D'abord, le manque de dynamique unitaire: aucune autre force ne s'était jointe à cette initiative. Ensuite, l'inertie qui semble régner dans un parti en proie au doute mais aussi aux manœuvres en cette période de préparation de Congrès, rebaptisé Assemblée extraordinaire.

Franchement, face à Sarkozy, on ne peut rester passif, l'arme au pied, et faire la fine bouche. Il y a besoin à la fois d'une riposte sociale, dont la grève du 18 octobre devrait constituer le point de départ, et d'une offensive politique dans laquelle le PCF doit tenir toute sa place, pour éclairer les travailleurs sur la politique suivie actuellement, et proposer une alternative remettant en cause le capitalisme. Le PCF, j'en suis convaincu, ne peut se fondre dans je ne sais quelle force sans courir le risque de laisser les luttes orphelines de tout débouché politique. A l'heure où la société française est minée par les inégalités, au moment où le MEDEF et la droite détruisent toutes les solidarités existantes, ce n'est vraiment pas le moment de baisser la garde.

lundi 22 octobre 2007

Guy Môquet

Commémorer un événement est souvent une manière de le figer dans le passé et d'en réduire la portée. Ce lundi, on va beaucoup parler de Guy Môquet.

Nicolas Sarkozy, en se servant de la figure du jeune résistant fusillé par les nazis, tente de masquer sa politique, qui n'est qu'un détricotage de tous les acquis obtenus depuis la Libération, et pour lesquels Guy Môquet, comme tant de militants communistes, ont sacrifié leur vie. Guy Môquet, son combat et sa mort, me rappellent sans cesse les exigences du combat pour la justice et la liberté, si éloignées des valeurs qu'incarnent le Président et ses commanditaires du MEDEF, dont l'un des responsables affirmait qu'il fallait en finir avec le programme du Conseil national de la Résistance.

jeudi 18 octobre 2007

Un vent de résistance

Grèves et manifestations aujourd'hui dans toute la France contre le nouveau projet de (contre) réforme des retraites. J'étais en grève et j'ai manifesté à Bourges. Il y avait du monde. Le défilé était en grande partie composé de travailleurs directement touchés par les mesures gouvernementales, ceux qui bénéficient de régimes dits "spéciaux". Je dis directement, mais nous sommes tous concernés finalement: en alignant tous les régimes de retraites sur celui le moins favorable aux salariés, la droite et le MEDEF pourront engager l'offensive contre toutes les catégories et augmenter la durée de cotisation de tous. Tout ça, au nom de l'égalité, alors qu'on ne touche pas aux revenus financiers et aux profits juteux.

Un vent de résistance s'est levé ce matin...

mercredi 17 octobre 2007

La revanche

Si vous en doutiez encore, l'édito du journal « Challenge », en date du 4 octobre 2007, signé Denis Kessler (ancien n°2 du MEDEF) éclaire sur les intentions revanchardes de Sarkozy. Il donne la ligne suivie par la droite et fait écho aux annonces de Fillon sur la réduction des services et du personnel dans le publique, et aux mesures limitant le droit de grève ou bien portant atteinte au système de retraites. Laissons parler le responsable patronal qui donne toute sa cohérence à la politique actuelle:

Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde ! Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! (…) Désavouer les pères fondateurs n’est pas un problème qu’en psychanalyse.

Demain, 18 octobre, la mobilisation doit être forte non pas simplement pour défendre les régimes spéciaux, mais pour défendre l'idée même de société solidaire, celle qui inspirait le Conseil national de la Résistance.

samedi 13 octobre 2007

La justice de proximité mise à mal

Rachida Dati, Ministre de la justice, était ce matin à Bourges pour annoncer les mesures prises en matière de carte judiciaire. La cour d'appel de Bourges a été sauvée mais les tribunaux d'instance de Vierzon et de Sancerre sont supprimés. A l'heure où chacun s'accorde à reconnaître le besoin d'une justice plus proche du citoyen, ces mesures en prennent l'exact contrepied. Mais comme l'a dit le premier ministre, il faut moins de services et moins de personnel. Voilà qui est clair.

Lors du rassemblement ce matin organisé par les avocats de Bourges, la CGT et le RESF18, les forces de l'ordre ont été déployées en masse pour contenir des manifestants pacifiques au nombre desquels j'étais. La démocratie façon Sarkozy c'est celle de l'intimidation et de la provocation. On le savait depuis sa visite à Sancerre alors qu'il était candidat.

lundi 8 octobre 2007

"Décrocher le poster"

C'est par cette formule que l'universitaire Jean Ortiz invitait la foule, rassemblée lors d'un débat à la dernière Fête de l'Huma, à redécouvrir une pensée et une action: celle de Che Guevara. J'ai eu le poster du Che (la fameuse photo prise par Korda) accroché dans ma chambre d'adolescent, comme beaucoup. Effet de mode sûrement mais aussi adhésion à l'image de révolte contre la domination économique et militaire du modèle états-unien, à un sens de la justice qu'incarnait à mes yeux le grand leader révolutionnaire. Il est vrai déjà, qu'à l'époque, jeune communiste, je me reconnaissais plus dans cette figure que dans celle des hiérarques soviétiques de l'ère Brejnev, ou d'une URSS nécrosée par un appareil politique conservateur, plus soucieux de ses privilèges et de son intérêt, que de celui du peuple.

40 ans après sa mort (il fut assassiné par les forces spéciales boliviennes entraînées par la CIA), et plusieurs années après avoir décroché le poster de ma chambre, le Che incarne toujours pour moi cette force des idées révolutionnaires de transformation sociale et de solidarité internationale, ce sens de l'éthique en politique et de fidélité à la cause des opprimés.

Le détail

Qualifier de détail la mesure consistant à prélever l'ADN des candidats au regroupement familial, comme l'a fait le 1er ministre ce week end, revient à minimiser un débat qui traverse jusque dans son propre camp, tout l'échiquier politique. Nombre d'intellectuels, de scientifiques, les Eglises, toute la gauche, se sont prononcés contre cette mesure. Et ce ne serait qu'un détail?

Le mot a de quoi choquer. Le Pen l'avait utilisé en son temps pour qualifier les chambres à gaz durant la Seconde Guerre mondiale, déchaînant à juste titre la condamnation générale.

Je n'assimile pas Monsieur Fillon au chef du FN, mais je ne peux m'empêcher de considérer les conceptions défendues par une partie de la droite et par le gouvernement, comme faisant écho à cette période où la biologie et la génétique étaient utilisées au service d'une politique. Déjà, la mise en place d'un ministère de l'identité nationale, lié à celui de l'immigration, sonnait comme la remise en cause de la nation républicaine, fondée sur le contrat social. Si elle devait être adoptée, la recherche de l'ADN des étrangers voulant rejoindre la France, marquerait un nouveau recul de cette conception.

mercredi 3 octobre 2007

Grenelle de l'environnement: des actes!

La première rencontre en région du Grenelle de l'environnement se tiendra à Bourges à l'occasion du festival du film écologique. Le terme Grenelle est de ceux qu'on utilise à toutes les sauces: Sarkozy s'est ainsi déclaré dernièrement favorable à un Grenelle de l'insertion.

Je ne veux pas préjuger du résultat que donneront ces travaux, mais au delà d'une opération de com', il faudra des actes. Or pour l'instant, la politique de la droite tourne le dos aux enjeux environnementaux et parfois même aux déclarations du Président lui même. Quel crédit accorder au chef de l'Etat, qui, à la tribune de l'ONU appelle à faire des biens communs, l'affaire de tous, quand dans le même temps en France, la privatisation d'EDF et GDF est engagée, privant ainsi la nation de tout contrôle sur la politique énergétique? Quelle crédibilité lorsqu'on sacrifie le fret ferroviaire au profit du transport routier? Comment croire ces bons apôtres du développement durable, quand toute leur politique vise à satisfaire les lobbies financiers et industriels, en multipliant les cadeaux fiscaux, en livrant les services publics, à leur appétit de profits ?

Redonner aux peuples la maîtrise de la politique énergétique, de la gestion de l'eau, des transports, des ressources naturelles, agir contre les inégalités entre le Nord et le Sud sont les seules voies à suivre pour surmonter le chaos planétaire créé par le capitalisme. La droite qui en défend les intérêts en est bien incapable!

Calendrier

« octobre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact