Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 31 mai 2008

Retraites: pour un projet alternatif

Faut-il se résigner à cotiser 40 ans, 41 ans ou plus, pour avoir droit à une retraite? Quelle logique cache cet allongement programmé de la durée du travail? Quelles solutions permettraient de sauver et de consolider notre système de retraite par répartition? Toutes ces questions seront débattues lundi prochain, avec Catherine MILLS, universitaire et économiste, et Jean-Claude SANDRIER, Député du Cher.

Ce débat, organisé par la section de Bourges du PCF, permettra de faire entendre une autre voix. Celle d'une alternative progressiste à cette logique qui broie les droits sociaux conquis de longues luttes. Venez nombreux en débattre. C'est lundi, à 18h30, au Centre social du Val d'Auron, place Martin Luther King.

jeudi 29 mai 2008

Expulsions: c'est toujours non!

J'étais hier soir au rassemblement appelé par le Resf18 et le Comité de vigilance pour dénoncer l'accélération des arrestations et des expulsions dans notre département. Il y a cinq jours, un jeune géorgien bientôt papa, a passé 48h en rétention avant d'être miraculeusement libéré. Il y a trois jours, une famille congolaise a été renvoyée vers le Portugal. Il y a trois semaines, c'était au tour d'un jeune marocain d'être expulsé.

Le Cher est privé de préfet depuis cinq semaines ce qui n'empêche pas les expulsions et les interpellations. On a même l'impression qu'elles redoublent. A cela s'ajoutent des dizaines de dossiers qui pourrissent littéralement, laissant des dizaines de personnes sans aucun droit sur notre sol, dans la plus grande précarité.

mercredi 28 mai 2008

Entretien

Fukuyama est aujourd’hui abondamment moqué comme crétin qui a pensé que l’histoire était finie. Mais je crois que 99 % des gens de gauche sont aujourd’hui fukuyamistes. Au fond, ils acceptent, sans questions, le capitalisme. Ils se contentent de revendiquer un peu plus de « tolérance », un peu plus de « justice ». Mais est-ce que le capitalisme global à visage humain est l’horizon final de la gauche ? Ainsi parle Slavoj Zizek, psychanalyste et philosophe, dans un échange avec Alain Badiou publié par l'Humanité. Je vous invite à le lire intégralement.

mardi 27 mai 2008

Nouvelle responsabilité

En compagnie de Jean-Michel GUERINEAU, j'ai officialisé lors d'un point presse organisé lundi, ma responsabilité nouvelle de secrétaire de la Section de Bourges du PCF. J'ai en effet été élu à cette fonction mercredi dernier par les militants berruyers.

C'est une fonction que j'ai accepté d'assumer après un temps de réflexion certain. L'état de la gauche nationalement et localement n'offre pas les conditions pour accepter facilement ce genre de responsabilité.

Le défi est double. A mon sens, il faut redonner toute sa place au PCF dans la gauche, en menant le travail de reconquête sur le terrain des idées et de l'action contre un système capitaliste prédateur: avec une équipe renouvelée, nous allons orienter prioritairement notre activité en direction du monde du travail et de la création afin de contribuer à offrir un débouché politique aux luttes. Nous le ferons avec la volonté de rassembler tous ceux qui ne se résignent pas à l'état des choses existantes. En ce qui concerne les enjeux locaux, nous ferons tout pour mettre la gauche en position de remporter les prochaines échéances: cela commence par travailler avec la population berruyère sur les projets d'avenir que les élus communistes portent pour Bourges et le Cher.

Il y a du pain sur la planche mais c'est enthousiasmant.

jeudi 22 mai 2008

Vive la retraite par répartition!

La mobilisation était forte aujourd'hui pour défendre la retraite par répartition. Combien étions nous ce matin? Je l'ignore. En tout cas bien plus que jeudi dernier. Il faudra encore se mobiliser tant le gouvernement et la droite restent sourds.

Il en va de l'avenir même de la solidarité dans notre pays. Porter à 41 ans la durée de cotisation comme le projette le gouvernement, après avoir aligné les salariés du public et du privé à 40, c'est ouvrir la porte aux assurances privées, aux fonds de pension et à la destruction de la sécurité sociale. Avec l'entrée de plus en plus tard dans la vie active, il y a peu de chance que l'on travaille aussi longtemps. Pour avoir une retraite convenable et partir à un âge acceptable, il faudra donc cotiser à côté...sauf si la faiblesse du salaire ne le permet pas. Pourtant, revenir à 37,5 d'années de cotisation est possible en faisant cotiser les revenus du capital à hauteur de ceux du travail.

Pour débattre d'un projet alternatif, la section de Bourges du PCF organise le 2 juin à 18h30 au Centre social du Val d'Auron une rencontre avec Catherine MILLS, universitaire et économiste, spécialiste de la protection sociale.

mercredi 21 mai 2008

Pour un conseil municipal extraordinaire

Après l'annonce de la fin du débat public concernant la liaison à caractère autoroutier Bourges-Auxerre-Troyes et l'abandon du projet TGV Paris-Bourges-Clermont dans le projet de loi issu du Grenelle de l'environement, j'ai saisi le Maire de Bourges afin de lui demander de tenir un conseil municipal extraordinaire sur la question des infrastructures. Voici la lettre que je lui ai adressé:

"Monsieur le Maire,

A quelques jours d’intervalle, deux décisions graves pour Bourges ont été annoncées : la fin du débat public concernant la liaison à caractère autoroutier Bourges-Auxerre-Troyes et le retrait du projet de ligne TGV Paris-Bourges-Clermont du projet de loi gouvernemental issu du Grenelle de l’environnement. Ces annonces sont un coup porté à notre ville et au Cher.

Bourges et notre département ne peuvent attendre ; il en va de l’avenir de nos territoires et de leur dynamisme économique.

Ce sujet nécessite la mobilisation de tous. Devant cette situation, je vous demande donc de convoquer dans les meilleurs délais, un Conseil municipal extraordinaire avec pour ordre du jour unique : les infrastructures et les propositions qui pourraient permettre à Bourges d’être mieux relié au reste du pays et à l’Europe.

Sur de l’attention que vous porterez à ma demande, je vous prie de croire à l’assurance de ma considération distinguée.

Yannick BEDIN

Conseiller municipal de Bourges"

dimanche 18 mai 2008

Pour la réusite de tous

J'étais à Paris aujourd'hui pour manifester en faveur de l'éducation nationale. 45000 personnes, personnels et parents d'élèves, ont défilé contre les milliers de suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine et pour défendre l'école. Le mot d'ordre était: Notre choix à nous: la réussite de tous. Je suis heureux de voir que la mobilisation ne faiblit pas; au contraire. L'école en a bien besoin.

samedi 17 mai 2008

Réforme des institutions

Le débat organisé hier à Bourges par Jean-Claude SANDRIER, député et président du groupe de la gauche démocrate et républicaine, était à plus d'un titre intéressant.

Qu'un parlementaire débatte avec la population d'un projet de réforme qui va être discuté dans les semaines qui viennent, quoi de plus normal? A y regarder de près, Jean Claude SANDRIER est le seul à le faire dans ce département. Il faut donc saluer cette initiative.

La conduite des affaires politiques dans ce pays tourne de plus en plus à la confiscation du débat. Il en a été ainsi sur le traité dit simplifié européen pour lequel la droite ainsi qu'une partie de la gauche a refusé de consulter le peuple. Il risque d'en être de même avec la réforme constitutionnelle portée par l'UMP et le gouvernement, qui veulent aller vite dans la présidentialisation des institutions.

Nos institutions sont à bout de souffle. La crise sociale et économique que nous connaissons éloigne toujours plus les citoyens de l'exercice de leur souveraineté. Il en résulte une crise de la représentation politique.

Je pense qu'il y a urgence d'aller vers une VIème République qui redonne le pouvoir au peuple. Il faut exiger un référendum sur la réforme des institutions.

mercredi 14 mai 2008

Zéro pointé pour Lepeltier

Alors que les lycéens, nombre de parents d'élèves et d'enseignants luttent contre les suppressions d'emplois dans l'Education nationale et pour la défense d'un service public de qualité, le Maire de Bourges a décidé d'organiser l'accueil des élèves des écoles primaires en grève jeudi 15 mai. Cette mesure accompagne la casse programmée du service public d'éducation.

C'est une décision que je déplore car Bourges verra encore 6 classes fermées à la rentrée prochaine dans l'enseignement maternelle et primaire, s'ajoutant ainsi à la trentaine supprimées depuis plusieurs années. En tout, ce sont 17000 emplois dans l'Education nationale qui devraient être supprimés dans toute la France.

Je dénonce l'attitude de l'Etat qui se désengage ainsi des conflits sociaux qui l'oppose à ses personnels, en faisant reposer sur les communes la gestion des crises que ses décisions entraînent.

lundi 12 mai 2008

Le Très Grand Vide

Dans son édition du dimanche, le Berry républicain revient sur l'abandon du projet de TGV passant par Bourges dans le projet de loi du Grenelle de l'environnement. Beaucoup de bruit pour rien donc pendant la campagne municipale de Serge Lepeltier; une promesse de plus qui ne sera pas tenue. La proximité politique du Maire de Bourges avec le Ministre Borloo n'y fera rien, note le quotidien.

Une preuve de plus que le Maire, qui partage son temps entre Paris et Bourges, n'aura jamais réussi à faire jouer ses prétendues entrées dans les milieux décisionnels de la capitale. Lorsqu'il était ministre, il n'a rien obtenu pour notre ville, sinon le festival du film écologique qui n'est qu'une vitrine au service de sa propre image.

dimanche 11 mai 2008

Mai 68 récupéré

Je me suis rendu hier dans une grande enseigne de diffusion de biens de consommation culturels rue Moyenne. J'ai été stupéfait de voir s'y afficher partout la célébration de mai 68. Pas un rayon n'échappe à l'événement. Jusqu'aux employés à qui la direction a demandé de porter le T shirt maison flanqué du logo de l'enseigne et du slogan: 68 court toujours.

Au delà du folklore et des postures, la récupération mercantile des événements qui se sont déroulés il y a quarante ans n'est finalement pas surprenante. Elle rejoint la célébration orchestrée par l'ensemble des médias, qui s'en tiennent le plus souvent aux icônes de la période et à l'écume des choses. Elle vante un certain esprit de mai, fait d'aspirations légitimes à la liberté individuelle et à l'épanouissement personnel dans tous les domaines. Elle l'utilise à son profit.

Quel sens faut-il donner à tout ce tapage? Ceux qui sont passés du col mao au Rotary comme l'écrivait Guy Hocquenghem, sont aujourd'hui aux commandes ou au service des grands groupes économiques et médiatiques. Ils furent les principaux promoteurs de la société néolibérale qui apparaîtra dans les années 80. Beaucoup combattaient l'Etat à l'époque; ils sont devenus naturellement des libéraux bon teint, construisant toute leur carrière dans l'ombre du pouvoir politique ou économique. Nombre de ceux qui pourfendaient l'impérialisme dans les années soixante, sont devenus quarante ans après les hérauts de l'ingérence humanitaire et de la guerre préventive. Normal que la vision qu'ils défendent des événements de mai soit celle de l'avènement d'un individualisme triomphant, de la fin des idéologies et des espoirs d'émancipation collective.

Dans ce concert, il n'y a rien d'étonnant dès lors que l'on fasse passer sous la table la mémoire ouvrière des événements de mai, la grève générale qui fut la plus forte de tous les temps en France et les acquis qui suivirent. La parole est rarement donnée d'ailleurs aux acteurs du monde du travail de l'époque. C'est qu'en ces temps de bas salaires, de hausse de prix et de précarité, parler de la puissante grève de mai 68 qui arracha au pouvoir des hausses de salaires allant jusqu'à 30% serait des plus périlleux. A commencer par ce grand magasin qui, il n'y a pas si longtemps, a vu ses propres employés se mettre en grève sur ces questions!

jeudi 8 mai 2008

Commémoration du 8 mai

Prise d'armes et dépôt de gerbes, l'anniversaire de la capitulation nazie aura été fêtée dans la grande tradition à Bourges ce matin, comme partout ailleurs.

C'est une commémoration que je ne manque jamais parce qu'elle marque en Europe la fin d'une guerre qui fût des plus barbares et celle d'un système, le nazisme, qui n'a eu aucun équivalent dans l'histoire. Le 8 mai 1945 met fin à ce cauchemar.

Nous autres, civilisations, savons maintenant que nous sommes mortelles. écrivait Paul Valéry au lendemain de la Première Guerre mondiale. Il était loin d'imaginer le degré supplémentaire de barbarie qui serait franchi quelques années plus tard.

Je suis convaincu que la commémoration du 8 mai devrait inciter à la réflexion sur le sens, pour l'humanité, de ces événements.

mardi 6 mai 2008

Le mal logement

J'étais en visite dans les quartiers Nord de Bourges hier, avec le groupe d'opposition municipale pour montrer à la presse la situation désastreuse dans laquelle se trouvent nombre de locataires d'immeubles promis à la démolition, en attente d'un relogement.

Depuis plusieurs années, ils vivent dans des bâtiments qui ne sont plus ou presque plus entretenus. Portes d'entrée arrachées, boîtes à lettre défoncées, vitres brisées, caves impraticables, saleté des parties communes forment le quotidien de celles et ceux qui attendent d'être relogés. Certains vivent seuls dans une cage d'escalier désertée par les autres locataires.

Cette attente pour certains, pourrait durer encore quelques années. Les offres de logement qui leur sont proposées ne correspondent souvent ni à leur demande, ni à leur capacité financière.

Il est inadmissible de laisser vivre ainsi ces personnes. Le renouvellement urbain a été mené sans véritable concertation; les demandes des locataires, leurs souhaits, n'ont pas été pris en compte. Comme l'écrit le sociologue Henri Lefebvre dans la Révolution urbaine (1970), l'usager du logement social est considéré comme celui qui use. D'où le mépris avec lequel on le traite lorsque sont menées de grandes opérations d'urbanisme.

samedi 3 mai 2008

Cosmic trip

A ceux qui pensent que Bourges ne vibre que pendant le Printemps, je voudrais leur signaler l'existence d'un autre festival, que notre ville accueille chaque année depuis douze ans: le Cosmic trip. Il est l'œuvre d'une poignée de passionnés bénévoles qui mettent toute leur énergie pour sa réussite.

Une salle unique, le 22, et quelques bars de la ville abritent la quinzaine de concerts programmés depuis le 1er mai. Pour les amateurs de rock'n roll, tendance garage, venus de toute la France et d'Europe, c'est un événement majeur.

Hier soir avait lieu la première soirée dans un 22 bondé, avec six groupes de grande qualité. L'ambiance était vraiment bonne et détendue.

Il vous reste deux jours pour découvrir ce festival.

jeudi 1 mai 2008

Un 1er mai prometteur

Sous un soleil masqué parfois par quelques nuages noirs, le traditionnel défilé du 1er mai a été un succès. La mobilisation était forte ce matin dans les rues de Bourges , unité syndicale aidant. Aux côtés des habitués du défilé, j'ai noté la présence de nombreux salariés assez jeunes et de différents secteurs.

Cette manifestation augure bien des mobilisations à venir, dans la fonction publique le 15 mai et pour les retraites le 22.

Calendrier

« mai 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact