Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 février 2009

Peut-on rire de tout?

On apprend dans la presse locale que Serge Lepeltier ne souhaite pas voir Dieudonné se produire à Bourges. Une fois n'est pas coutume, je soutiens la position du maire. Je suis partisan de la liberté d'expression totale des artistes et ne souhaite pas voir les autorités se mêler de programmation artistique. Mais là, on est dans un autre registre: celui de la politique et de la manipulation historique.

Dieudonné est un comique mort. C'est à dire qu'il a été drôle jadis. Et même très drôle. Aujourd'hui, il ne fait plus dans ce registre et transforme ses spectacles en meetings nauséabonds. Le zénith de Paris qu'il a partagé avec le négationniste Faurisson a définitivement enterré l'artiste. La mise en scène dégueulasse consistant à mettre en scène une remise de prix au vieux routier de l'antisémitisme, par un gugus déguisé en déporté juif m'a révulsé. Dieudonné n'a rien à faire à Bourges.

La santé: un droit fondamental

Nous étions près de 80 personnes hier soir au débat sur la santé organisé par la section de Bourges du PCF. Pas mal en plein congés scolaires. Beaucoup d'usagers mais aussi des professionnels de santé ont participé aux échanges avec Jean Luc GIBELIN, responsable national du secteur santé au PCF et directeur d'hôpital, et Blandine Harlé, animatrice du collectif santé du PCF-Bourges.

La loi Bachelot était au coeur du débat. Un loi qui de l'avis des communistes va encore plus creuser les inégalités face à l'accès aux soins, à la fois sociales et territoriales. Pis. Elle enclenche la privatisation accélérée de la santé en prévoyant de confier aux cliniques des missions de services publics.

Le fond du débat est bien celui d'un enjeu de civilisation. Il y a bien dans ce débat deux conceptions qui s'affrontent. La première libérale, qui est à l'oeuvre depuis plusieurs années, et qui vise à confier de plus en plus au privé le secteur de la santé (cliniques, assurances, mutuelles...). La seconde, progressiste, qui est celle que nous communistes, défendons. J'ai particulièrement apprécié que Jean-Luc GIBELIN affirme notre volonté de voir augmenter les dépenses remboursées. Car entendons nous bien: le problème actuel du système de santé français, n'est pas l'augmentation des dépenses (somme toute normale avec l'augmentation de l'espérance de vie) mais bien la diminution des recettes.

Ces recettes pourraient augmenter si on faisait cotiser les revenus financiers à hauteur des salaires. Rappelons aussi que 100 000 chômeurs de moins, cela représente 1,3 milliards d’euros de rentrées de cotisations en plus ; 1% d’augmentation de la masse salariale représente 2,5 milliards d’euros en plus. Et puis en finir avec les exonérations de cotisations patronales qui ne créent pas d'emplois (30 milliards d'euros). De quoi trouver largement de quoi rééquilibrer les compte de l'assurance maladie et de doter de moyens supplémentaires l'hôpital public.

jeudi 26 février 2009

A votre santé!

La section de Bourges du PCF organise ce soir à 18h30 un débat sur l'avenir du système de santé à l'occasion de la discussion de la loi Bachelot au Parlement. C'est au centre social du Val d'Auron. Nous avons invité Jean Luc Gibelin, Directeur d'Hôpital et responsable national Santé au Pcf. Il y a tant de questions à mettre en débat: démographie médicale, politique de prévention, accès aux soins de tous, ... Les enjeux sont de taille.

J'espère vous y rencontrer nombreux.

mardi 24 février 2009

Hausse des impôts

Le Conseil général du Cher poursuit sa campagne d'informations et de débats avec la population autour des questions budgétaires. J'ai participé à la réunion salle du Duc Jean à Bourges la semaine dernière.

J'en suis sorti avec beaucoup d'interrogations. La hausse des impôts locaux est-elle inéluctable? Doit-on se résoudre à mettre une nouvelle fois la main au portefeuille alors que les plus riches reçoivent tant de cadeaux du gouvernement? Alors qu'une majorité de départements et de régions sont à gauche, allons nous rester l'arme au pied? Que signifie dès lors notre volonté d'exercer dans les collectivités un contre pouvoir au sarkozysme?

Je crois qu'il va falloir monter la mobilisation d'un cran si nous ne voulons pas payer le désengagement de l'Etat, qui doit au département du Cher, 22 millions d'euros quand même!

dimanche 22 février 2009

Nous soutenons Hamid et Karim

SIGNEZ LA PETITION ICI

Hamid et Karim sont deux jeunes Berruyers. Ils ont été interpellés en décembre dans le cadre d’une opération de police dans leur quartier, en pleine rue et au grand jour. Leur seul tort est de s’être retrouvés au mauvais moment et au mauvais endroit, près d’un endroit où ont été retrouvés par la police 600 grammes de cannabis. Arrêtés, placés en garde à vue environ 24 heures, ils ont été relâchés puiqu’aucune charge ne pesait contre eux.

Avant d’être relâchés, la police a voulu les soumettre à un prélèvement biologique (ADN) destiné au Fichier National Automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), créé à l’origine pour les délinquants sexuels et les personnes condamnées pour violence. N’ayant rien à se reprocher, n’étant pas poursuivis, n’ayant aucun antécédent judiciaire, ils ont refusé. Ils doivent comparaître le 13 mars prochain au tribunal de Bourges, pour refus de prélèvement ADN.

Ce qui leur arrive peut arriver à n’importe qui d’entre nous (un million de personnes sont aujourd’hui fichées en France !) Nous soutenons Hamid et Karim dans leur refus d’être fichés alors qu’ils n’ont rien à se reprocher.

Nous soutenons Hamid et Karim dans leur volonté de voir respecter leur intégrité et leur liberté individuelle.

A l’appel de citoyens, d’organisations syndicales (CGT, FSU, Solidaires), politiques (les Verts, PCF, PS), associatives (Attac, APEIS, Ligue des Droits de l’Homme, RESF18) du Cher.

samedi 21 février 2009

Tous fichés?

Insupportable, révoltant... voilà les premiers mots que j'ai utilisés pour ouvrir la conférence de presse du Comité de soutien à Hamid et Karim, tenue ce matin.

Ces deux Berruyers sont poursuivis pour avoir refusé de laisser prélever leurs empreintes génétiques. Ils comparaissent le 13 mars prochain au tribunal correctionnel de Bourges. Ils risquent jusqu'à 15000€ d'amende et un an de prison. Aucune autre charge ne pèse contre eux que celle d'avoir refusé que l'on porte atteinte à leur liberté individuelle et à leur intégrité.

Il y a déjà 1 million de personnes fichées au FNAEG (Fichier national automatisé des empreintes génétiques). Prévu initialement pour les criminels sexuels, ce fichier est étendu à toute la population. On peut être fiché pour avoir été en garde à vue. Lorsqu'on sait que 1% de la population française est passé par la garde à vue l'an passé, ça fait froid dans le dos. Simples citoyens, militants syndicaux, associatifs, manifestants sont de plus en plus soumis à des prélèvements d'ADN. Il faut se mobiliser pour défendre nos libertés et soutenir cet acte de résistance individuelle courageux.

Je vous appelle à soutenir Hamid et Karim en signant l'appel du comité de soutien.

vendredi 20 février 2009

Conseil de février: la démocratie à l'épreuve

Les conseils municipaux se suivent...et ne se ressemblent pas; ou presque. Alors que le précédent de janvier s'était tenu dans le respect de la parole de l'opposition municipale, qui avait obtenu des garanties de Lepeltier lors d'une entrevue à laquelle j'ai participé, celui de ce mois ci s'est ouvert par une interruption par le Maire de Pierre Dedet. Ce dernier remettait en question le désengagement de l'Etat des caisses des écoles sur une délibération concernant justement la caisse des écoles. Le Maire lui a coupé le micro considérant que ce débat n'avait pas lieu d'être dans l'enceinte municipale. A cette nouvelle attaque contre le droit de parole de l'opposition, on peut donner plusieurs explications. Soit le Maire est pressé d'en finir et refuse l'approfondissement des débats. Soit, il ne veut pas mener la discussion sur la politique menée par ses amis de droite, dans un contexte de course à la tête de liste aux régionales à laquelle il se livre avec son concurrent Novelli, par ailleurs membre de ce gouvernement. En tout cas la démocratie en a encore pris un coup ce soir à Bourges!

Parmi les délibérations importantes, citons la vente au groupe Jaldi, encore lui, du site de l'IMEP. Nous avons voté contre, considérant qu'une autre utilisation, au profit des associations et de la population pouvait être faite de ce site. L'amphi pourrait accueillir notamment conférences et débats dans notre ville. Fin de non recevoir du maire.

Citons aussi le renouvellement du marché de la restauration collective. J'ai plaidé pour une remunicipalisation de ce service, afin de mener une vraie politique éducative au goût et de développer la qualité et la filière bio.

Enfin, j'ai proposé au nom de l'opposition, une motion contre la fermeture de l'IUFM de Bourges. Après les menaces sur la cour d'appel, le creps, l'IUFM de Bourges risque de se retrouver fragilisé par la réforme du recrutement des enseignants. Refus du maire qui voyait dans cette motion une nouvelle attaque contre la politique de son ami Sarkozy, alors que celle ci portait sur le respect des territoires. Vous pourrez juger vous même puisque je reproduis ci dessous la motion que j'ai présentée.

Motion du conseil municipal de Bourges réuni le 20 février 2009 concernant l'avenir des IUFM

La réforme du recrutement des enseignants prévue par le gouvernement fait peser sur les IUFM une menace lourde de conséquences.

Le Conseil municipal, réuni le 20 février 2009, s'inquiète de l'avenir de l'IUFM de Bourges. Neuf, particulièrement adapté à la formation des enseignants, il est l'un des piliers du Technopôle Lahitolle, en plein développement. Nous réaffirmons notre volonté de faire de notre ville, un pôle de formation supérieure, permettant aux étudiants de notre département de se former près de chez eux, mais aussi à d'autres de venir étudier dans notre ville.

C'est pourquoi nous demandons au gouvernement:

- de revoir sa politique en matière de formation des enseignants pour garantir la pérennité d'outils de formation de proximité sur tout le territoire

- d'ouvrir des négociations pour une autre réforme de la formation et du recrutement qui respecte la vocation des IUFM à être au cœur de cette formation, qui permette la reconnaissance du haut niveau de qualification et qui tienne compte d’une nécessaire formation professionnelle en prise avec les réalités du terrain départemental et régional.

mardi 17 février 2009

L'outre mer nous montre la voie

En grève depuis plusieurs semaines, les travailleurs de Guadeloupe ont été rejoints par ceux de Martinique et de la Réunion. Ils révèlent à la métropole la situation sociale plus que dégradée qui domine dans ces îles paradisiaques. Ils font apparaître la survivance d'un système néocolonial, où la domination d'une minorité blanche capitaliste pèse de tout son poids d'inégalités et d'injustice. Ils mettent en avant les revendications pour l'emploi et les salaires.

Pour toutes ces raisons, il faut soutenir les grévistes et leur mouvement. Déterminés, calmes mais puissants, ils nous montrent la voie. On se demande au passage, pourquoi en métropole, nous n'arrivons pas à construire un tel mouvement social sur la durée?

lundi 16 février 2009

Avec le peuple vénézuelien

Le Venezuela vient de répondre Oui au référendum sur la constitution proposée par Hugo Chavez. Plusieurs commentateurs prétendent que Chavez pourra être ainsi président à vie. Comme le Président français quoi, puisqu'il n'existe pas en France de limitation au nombre de mandats à la magistrature suprême. Ca, les grands média se gardent bien de le rappeler!

Au delà, je crois que nous aurions beaucoup d'enseignements à tirer du système démocratique dans ce pays d'Amérique, notamment en ce qui concerne la démocratie participative. Ici, ce ne sont souvent que des mots creux; là bas c'est une réalité vivante. Et que dire des grandes réformes économiques et sociales qui ont rendu au peuple, ses ressources naturelles et sa dignité. De quoi faire pâlir une certaine gauche en France.

mardi 10 février 2009

Tartufferie!

Qu'il est difficile d'assumer ses choix. C'est la leçon que l'on retiendra de la session du Conseil général qui s'est tenue hier et au cours de laquelle, l'opposition de droite a quitté la séance.

Pas contents M. Pointereau et ses amis que l'on pointe le désengagement de l'Etat, que lui et ses acolytes parlementaires de la majorité nationale, permettent par leur soutien et leur vote aux pseudo réformes de Sarkozy! L'affaire du Lycée agricole de Vailly a mis le feu aux poudres!

Il faut le dire à leurs électeurs: vos représentants soutiennent le recul du service public, votent les baisses de budget, supportent les privatisations (dont celle de la Poste) et les suppressions de postes dans l'éducation ou la santé.

Qu'ils assument leurs choix nationaux et ne viennent pas jouer les tartuffes!

1er conseil de quartier

J'ai participé à mon premier conseil de quartier hier soir à Bourges. Je suis en effet élu au titre de l'opposition dans celui qui réunit le Centre ville, Sembat, Pignoux.

Sa composition reflète à peu près tous les quartiers qui composent cet ensemble assez vaste. L'ambiance était studieuse, les échanges courtois et constructifs.

Nous verrons à l'usage l'évolution de ce type de structure. J'espère que ces conseils ne seront pas dévoyés dans le sens d'un accompagnement de la politique municipale. Je souhaite qu'ils aient suffisamment d'autonomie pour être force de propositions constructives.

Pour ma part, je m'y impliquerai sans esprit partisan, pour le bien des habitants de ce quartier.

dimanche 8 février 2009

De l'unité

A GAUCHE

Lundi, lendemain du congrès du Parti de Gauche. L'unité est proclamée pour les prochaines élections européennes. Le front de gauche est en marche. PCF, PG... on attend les autres. Comme je l'ai affirmé lors des voeux de la Section de Bourges du PCF, avec un projet européen progressiste, en rupture avec le Traité de Lisbonne, le front de Gauche peut être en tête de toute la gauche (il est déjà crédité de 14% d'intentions de vote). La dynamique est enclenchée.

Le parti d'Olivier Besancenot termine son congrès ce dimanche. Le NPA en est le nom définitif. Curieux de se définir avant tout par ce que l'on rejette sans vraiment affirmer ce que l'on veut construire. Le nom choisi sonne comme une profession de foi d'opposant éternel; mais bon passons... Les circonvolutions de la direction du NPA quant à sa participation au front de gauche me laissent songeur. Ainsi il faudrait prendre l'engagement de ne plus s'allier au PS. Ben voyons. Ce qui compte aujourd'hui c'est bien le rassemblement autour d'un projet. Pour l'Europe, nous pouvons nous mettre d'accord sur une base antilibérale, pour une Europe des droits et des conquêtes sociales. Allons-y! Pour les élections régionales, il en sera de même. Ce qui comptera, ce sera la mise en place d'un projet régional progressiste. Après, tous ceux qui s'y retrouveront, pourront passer alliance. A moins de vouloir laisser la droite tout gérer...

A DROITE

L'UMP du Cher c'est un peu les Tontons flingueurs... en moins drôle. Règlements de compte cette semaine entre d'un côté Lepeltier, qui brigue la tête de liste aux élections régionales, et la direction de son parti. Grenouillages et chausse-trappes avec à la manœuvre un Franck THOMAS RICHARD qui excelle dans ce genre d'exercice (le seul à vrai dire où il soit vraiment à son aise) et un Roland CHAMIOT qui a toujours en travers le gosier sa mise à l'écart de la liste de droite aux municipales et sa mise au rencart par le jeune loup Nicolas Hénault. A suivre...

A ROME

Je n'aborde jamais les questions de religion sur ce blog. Profondément attaché à la laïcité, je laisse aux croyants les débats qui peuvent traverser leurs rangs. Que la messe soit ou non en latin, qu'il faille que le curé tourne le dos à ses fidèles ou coiffer les femmes d'une mantille pour assister à l'office, ne me concerne pas. Mais lorsque le Pape décide de réintégrer la frange la plus radicale de l'Eglise, qui n'a pas renoncé au pouvoir temporel doit nous interpeller. Cette frange s'appuie sur la droite nationaliste (dans le Cher, les messes traditionalistes sont célébrées chaque dimanche dans le château de Jean d'Ogny, chef local du FN). Qu'il réintègre un « évêque » niant la Shoah m'inquiète et me révulse. L'extrême droite religieuse existe et constitue un danger pour nos libertés. A ce titre, il faut la combattre.

jeudi 5 février 2009

Sarkozy en live

J'avoue regarder en pointillé l'intervention du Président de la République. Je goûte peu cet exercice compassé de la TV française. Mais là, c'est le bouquet! Interventions scénarisées de Français de base, toutes enregistrées, pas de spontanéité, tout est sous contrôle dans les salons de l'Elysée.

Dans les mesures qu'il vient d'annoncer, je retiens la suppression de la Taxe professionnelle en 2010. Voilà qui va mettre les collectivités locales un peu plus dans les difficultés. A suivre...

mercredi 4 février 2009

Mobilisation contre les boues

Il y avait beaucoup de monde ce soir devant les grilles de la Préfecture à Bourges pour protester contre l'épandage des boues des Yvelines dans le Nord du département. De nombreux maires avaient fait le déplacement, mais aussi Marie Christine Baudouin, Conseillère régionale, des conseillers municipaux de Bourges comme Joël Crotté ou moi même.

Dans cette bataille, on ne peut qu'être qu'aux côtés des citoyens inquiets de voir des boues toxiques être déversées dans leur environnement, révoltés qu'on ne tienne compte de leur avis.

Salut Jean

Je viens d'apprendre avec beaucoup de peine le décès de Jean GALLAND.

Jean était berrichon, instituteur puis principal de Collège. Jean était communiste, militant du PCF, et dans les années 50 du Parti communiste algérien. Ses années algériennes, il les a racontées dans trois ouvrages majeurs. L'Algérie, Jean en était tombé amoureux. Il en a été l'un des grands défenseurs, se battant pour son indépendance au coeur même du pays où il était parti comme jeune instit en Kabylie. Il en fût chassé par les autorités coloniales en 1955. Il revint en Kabylie après l'indépendance pour aider la jeune république algérienne.

J'ai fait la connaissance de Jean lors de mes débuts de professeur à Tours. Il m'a beaucoup appris. Il connaissait tant de choses. C'était un honnête homme, un marxiste rigoureux, un humaniste véritable. J'avais eu le plaisir de l'accueillir à Bourges pour un débat d'Espaces Marx avec l'historienne Madeleine Rebérioux il y a quelques années.

Salut Jean, nous continuons le combat pour la justice sociale, qui fût celui de toute ta vie.

lundi 2 février 2009

Le Cher est-il un dépotoir?

L'affaire de l'épandage des boues de la région parisienne dans les champs du Nord du département, fait grand bruit depuis plusieurs semaines. Chaque samedi, habitants des communes concernées (mais nous sommes tous concernés), élus locaux, se mobilisent contre cette décision. Je m'interroge ce qui peut bien motiver l'acceptation par certains d'épandre de tels déchets toxiques sur leurs terres. Je m'interroge sur la démocratie alors que la plupart des maires sont dans leur ensemble opposés à cette décision et que les citoyens se mobilisent. Notre département compte-t-il si peu au regard de certains technocrates?

Je reproduis ci dessous l'appel à manifester à Bourges, lancé par le comité constitué de plusieurs associations. Elles ont tout mon soutien.

Suite à la décision du CODERST (organe consultatif de la préfecture) d'épandre les boues d'Achères ( 78) sur 5000 Ha dans le Cher Nord

alors qu'il s'avère que ces déchets sont particulièrement chargés en métaux lourds :cadmium, Nickel, Plomb, mercure ,en Hydrocarbures, Pyralène et dioxine, tous cancérigènes.

Malgré l'opposition des communes, des habitants, du commissaire enquêteur Malgré le risque sanitaire...

Pour défendre la démocratie et l'environnement:

LA LUTTE CONTRE L' ÉPANDAGE DES BOUES CONTINUE

Pour continuer et accentuer notre lutte contre l'épandage des boues d'Achères( 78) rendez-vous



Mercredi 04 février 2009 à 18h30

à BOURGES

Devant la préfecture

dimanche 1 février 2009

Ca bouge à gauche...

C'est avec satisfaction que je viens de prendre connaissance de l'adresse aux partis de gauche adoptée par le congrès du Parti de Gauche. Il fait suite à la décision prise par le PCF de constituer un front de gauche à l'occasion des européennes.

L'espoir de voir se constituer une dynamique autour d'un projet européen radicalement progressiste est grand. Il est de notre responsabilité de ne pas décevoir cette attente alors que les luttes s'amplifient.

Calendrier

« février 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact