Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 29 avril 2009

Coup bas

M.Jean-Bernard MILLIARD, maire adjoint chargé des personnes handicapées, se fend d'un courrier aujourd'hui dans la Nouvelle république, où il demande pardon aux personnes handicapées. La raison: la délégation du Front de Gauche en visite au Printemps de Bourges a siégé 10 minutes sur la tribune réservée aux personnes handicapées lors du concert d'Ultra Vomit.

Je veux apporter les précisions suivantes ayant fait partie de la délégation. Nous sommes rentrés dans la salle au début du concert donc dans l'obscurité. Nous avons suivi la personne chargée de notre visite par le Printemps de Bourges et avons pris place dans la tribune vide où il nous a conduit. Comment aurions nous pu savoir un seul instant qu'il s'agissait d'une tribune réservée aux personnes handicapées, puisqu'aucune ne s'est présentée durant le temps où nous y étions?

Jean Bernard MILLIARD est un habitué des petites polémiques et des coups bas. On rappellera le flagrant délit dans lequel il a été pris lors des dernières législatives en collant des autocollants sur les panneaux officiels de Jean-Claude SANDRIER.. Jean Bernard MILLIARD n'existe que par ces petites mesquineries pathétiques. Il est beaucoup plus discret par ailleurs sur la politique gouvernementale qu'il soutient et qui enfonce un peu plus dans la difficulté les personnes atteintes de handicap.

mardi 28 avril 2009

Le mur du silence médiatique

Qu'il est dur à percer le mur du silence médiatique... J'en ai encore fait l'expérience ces derniers jours à l'occasion de la venue à Bourges de Marie-France BEAUFILS, candidate du Front de gauche pour les élections européennes dans notre circonscription. Il a d'abord fallu insister pour avoir un journaliste de la Nouvelle république au point de presse organisé à cette occasion. C'est vrai qu'en plein printemps de Bourges, parler politique n'est pas des plus évident. Mais le devoir d'informer les lecteurs ne doit-il pas primer? Bref, un journaliste est venu quand même...et n'a publié aucun papier. Quand au Berry, il a publié une photo et deux colonnes. Corrects. Mais rien à côté du traitement de la venue de Cohn Bendit qui lui a eu droit à une page entière. En matière d'équilibre on fait mieux. Il est vrai que le vieil anar reconverti au libéralisme est une curiosité et un bon client.

Nul doute qu'on entendra dans les semaines qui viennent la vieille antienne à longueur de colonnes et d'ondes: les Français ne s'intéressent pas aux élections européennes. Ben voyons. Prisonnier de ses représentations et du discours dominant, le petit monde médiatique ne fera pas preuve d'originalité dans cette campagne, une nouvelle fois. Ce qui nous impose, à ceux qui veulent une autre Europe, de redoubler d'efforts pour briser le mur du silence. Une fois de plus, l'internet sera le moyen de donner de l'info et de la faire partager.

lundi 27 avril 2009

Pour un 1er mai historique

Le 1er mai s'annonce très fort cette année. L'ensemble des organisations syndicales appellent à l'unité des manifestations. C'est le nécessaire prolongement des journées d'action des 29 janvier et 19 mars derniers.

Il faudra être nombreux pour faire de cette journée, appelée honteusement fête du travail, une journée de luttes qui compte pour les revendications des salariés et les retraités.

Le rendez vous à Bourges est à 10h30 place Séraucourt.

Par ailleurs, je vous invite à prendre connaissance de la proposition de loi déposée par les députés communistes pour une autre répartition des richesses. On touche là, au fond du problème posé à toute la société.

samedi 25 avril 2009

Ici Groland

La présipauté de Groland est dans la place. La silhouette longiligne du Président SALENGRO, son plus haut dignitaire, a été aperçue par les festivaliers dans les allées du Printemps.

François BAYROU, autre Président imaginaire, lui aussi sur le festival, échange avec un diffuseur de l'Humanité: "J'aime bien l'Huma; c'est un bon journal" et de repartir avec un exemplaire sous le bras...sous le regard gêné d'Alain Tanton.

Jack LANG, ministre à vie de la culture, sarkocompatible puisque missionné dernièrement par le chef bien réel de l'Etat français, a déambulé seul et tout sourire à Bourges.

Quant à Christine ALBANEL, plus versaillaise que jamais, elle a une nouvelle fois tonitrué contre les adversaires de la loi Hadopi. Que les pirates tremblent. Ici Groland...

Ps: à découvrir Get well soon qui est passé hier à l'Auditorium. Belle découverte! Tous leurs albums sont sur Deezer en écoute libre.

mercredi 22 avril 2009

Le Printemps musical...et celui des luttes

Musique au Printemps de Bourges et quelques belles découvertes comme celles qu'on peut faire sur la scène des Tontons à la Table d'Harmonie (c'est gratuit et de grande qualité). J'ai été impressionné par le groupe Idol; belle voix et beaux arrangements.

Printemps de la musique et printemps des luttes. Inquiétudes et colère pèsent dans les échanges que j'ai avec les Berruyers sur les marchés et à la porte des entreprises. Toute la semaine, les communistes sont à la porte des boîtes à la rencontre des salariés. Plus on avance, plus je crois à la pertinence du Front de Gauche pour changer d'Europe formé avec le PCF, le Parti de gauche, la gauche unitaire et l'ADS: le rassemblement pour mener une autre politique en France et en Europe, est la seule voie pour recréer de l'espoir là où il a disparu.

C'est le sens de la venue des candidats du Front de Gauche de notre circonscription: conduite par Marie France BEAUFILS, la liste sur laquelle figure Jean-Claude SANDRIER a visité le Printemps de Bourges jeudi et tenu une réunion des militants et des sympathisants berruyers. Un moment important durant lequel Marie France BEAUFILS a pu à plusieurs reprises insister sur notre ambition: faire l'Europe des droits et des conquêtes sociales, en harmonisant par le haut ce qui se fait de meilleur dans l'UE, une Europe des services publics et des coopérations industrielles. Faire cette Europe, c'est changer d'Europe.

lundi 20 avril 2009

Printemps de Bourges: c'est parti!

Nouvelle édition du Printemps de Bourges. Quel programme! J'apprécie le renouveau de la programmation depuis plusieurs années tout comme le dynamisme des bars et restaurants de Bourges qui proposent une grande variété de spectacles. Le Printemps, c'est un bel événement, auquel je suis depuis tout jeune fidèle, comme en témoigne cette photo de 1984 (?) issue d'un bouquin sur le festival (je n'en connais pas le titre, que leurs auteurs me pardonnent). Pas sûr que vous me reconnaissiez (4ème debout en partant de la gauche, bandana autour du cou, avec des cheveux, ce qui change tout).

J'ai deux regrets cependant. La disparition de Bashung évidemment que j'aurais bien revu. Il laisse un grand vide dans le paysage musical français. Je garde cependant en mémoire le dernier concert à Bourges, où, contre vents et marées, il a poursuivi son spectacle devant un public réclamant Bénabar. Malgré cela, et j'espère que les siffleurs le regrettent aujourd'hui, c'était un beau concert. Et puis sa prestation à la dernière Fête de l'Huma, grandiose.

Deuxième regret, la publicité faite au chanteur Orelsan à l'occasion de sa chanson insupportable "Sale pute". La polémique a cependant permis de nous interroger sur la liberté de création et de diffusion. Je crois qu'elle doit être totale dans les limites fixées par la loi, qui doit la garantir. A partir du moment où ce chanteur n'a pas été condamné par la justice et qu'il s'engage à ne pas chanter sa chanson, Daniel Colling a eu raison de maintenir Orelsan dans sa programmation. Je crois qu'il faut réfléchir à ce que les arguments mis en avant lorsqu'on réclame la déprogrammation d'un artiste, ne se retournent pas contre la liberté de création.

Ce soir, je vais à l'inauguration de l'expo Pine Pong à l'Antre peaux, heureux que les ligues de vertu n'aient pas pignon sur rue.

samedi 18 avril 2009

PLU, Patinoire, Halle au blé, et autres dossiers

Les conseils municipaux mensuels nous assènent un rythme assez effréné, surtout lorsque, comme moi, on est salarié. Mais bon, cette fréquence permet des réunions plus courtes.

Parmi les dossiers examinés hier soir, celui du délégataire de la patinoire. Un peu réchauffé puisque la débat avait eu lieu il y a un mois. J'avais alors fait état d'un référé du délégataire actuel qui devait suspendre la signature du maire en faveur d'un autre délégataire. Le délégataire choisi, Vert Marine, est le plus coûteux pour la ville ce qui m'a permis d'interroger le maire. Comme je l'ai fait remarquer, tout ce qui touche à la patinoire n'est jamais simple dans cette ville (on se souvient de ses débuts rocambolesques). Au nom de la gauche unie, j'ai plaidé la mise en régie municipale de cet équipement.

Autre dossier, celui du Plan local d'urbanisme. J'ai contesté l'affirmation de Véronique Fenol selon laquelle, les constructions nouvelles n'étendaient pas la ville mais la densifiaient. Soit. Mais comme elle le faisait remarquer, cette densification se fait pour les plus grands quartiers aux marges de la ville. On peut en déduire que cela a donc de l'incidence sur les déplacements et les accroît entre la ville centre et ses périphéries. Par ailleurs, j'ai noté l'absence de réflexion concernant l'implantation de services publics et de commerce dans les nouveaux quartiers pour créer du lien entre les habitants.

Enfin concernant la halle au blé et le projet d'aménagement, j'ai souligné la nécessité de valoriser cet équipement. Nous avons voté pour même si le projet d'en faire un lieu d'exposition, de concert, bref un lieu de vie en dehors du marché du samedi, nous paraît des plus flous. J'ai obtenu la garantie que la gestion de cet équipement serait enrégie directe, par la ville. Prenons date.

vendredi 17 avril 2009

Les services publics en débat

Mercredi soir se tenait le forum des services publics, organisé par cinq syndicats. J'ai particulièrement apprécié que l'on ne s'en tienne pas aux constats, souvent terribles, de la dégradation croissante et dans tous les secteurs de la situation. Ce forum a permis d'exposer des solutions et des propositions, et nombre d'intervenants appelaient à la reconquête des services publics. Le point nodal de cette ambition, c'est la nécessaire réforme de la fiscalité: prendre le contrepied de ce que fait Sarkozy qui appauvrit l'Etat et les collectivités, avec les cadeaux fiscaux aux plus riches d'un côté, et le transfert de charges non compensé de l'autre.

Ce forum a permis aussi de confronter à gauche (seul les partis de gauche avaient fait le déplacement) les points de vue. Si l'on est d'accord sur les constats, les divergences se font jour dès qu'il s'agit de l'orientation européenne. Pour ma part, et au nom du Front de Gauche, j'ai remis en cause le Traité de Lisbonne qui est une menace et un frein pour les services publics. Comme l'a rappelé Jean-Claude SANDRIER, il n'est pas interdit aux citoyens de choisir à gauche le 7 juin prochain.

samedi 11 avril 2009

Le pluralisme bafoué

Reprise cette semaine de mes activités après un petit tour en Allemagne pour raisons professionnelles.

Le long week end qui s'ouvre me permet de prendre un peu de recul, de me poser comme on dit, loin des obligations de mon métier passionnant mais très prenant. Je prends conscience que les élections européennes sont dans moins de deux mois. Le 7 juin prochain, nous élisons nos députés européens. L'enjeu est d'importance et pourtant: tout semble être fait pour ne pas que les Français se sentent concernés. Rien dans les média ou presque à ce sujet. Silence aussi et surtout sur la formidable campagne que mènent les candidats du Front de Gauche. Il faut dire que nous nous y étions préparés depuis le 8 mars dernier, date du meeting au Zénith rassemblant plus de 6000 personnes: pratiquement pas un mot dans les grands média.

Ces derniers se contorsionnent pour réduire la vie politique au duel PS-UMP, et font jouer à Besancennot le trouble fête. Pour le reste, rien. Le pluralisme politique et médiatique semble être devenu un mot grossier! Personne pour s'étonner qu'on ne donne pas la parole au 3ème groupe parlementaire constitué en partie d'élus communistes.

Alors cette semaine il va falloir mettre les bouchées doubles afin de mobiliser les militants et les sympathisants du Front de Gauche; nous ne pourrons compter que sur nous mêmes!

mardi 7 avril 2009

Quand l’inspection ne veut pas d’une communiste!

Libertés . Nicole Gaspon, élue PCF à Perpignan, conseillère d’orientation psychologue de l’éducation nationale, interdite de poste de directrice de CIO.

« Dans ma petite vie syndicale, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres, mais celle-là, je n’aurais jamais imaginé l’entendre. » Gérard Gironell, secrétaire départemental de la FSU à Perpignan, n’en est toujours pas revenu : comme délégué syndical, il accompagne Nicole Gaspon pour un entretien avec son supérieur hiérarchique. Les explications du fonctionnaire les ont laissés pantois.

Nicole Gaspon est conseillère d’orientation psychologue dans l’éducation nationale depuis 1973 et travaille au centre d’information et d’orientation de Perpignan depuis 1983. En fin de carrière, elle demande depuis cinq ans à accéder au grade de directrice de centre d’information et d’orientation, une promotion possible pour les personnels de sa catégorie. Les postulants sont classés en fonction d’un barème. Nicole Gaspon figure en tête de liste. Pourtant, alors qu’un poste de remplacement pour diriger un CIO dans le département des Pyrénées-Orientales se découvre, l’inspecteur d’académie et le recteur choisissent une autre candidate, au barème inférieur. Le 24 février dernier, quand Nicole Gaspon, accompagnée du responsable syndical Gérard Gironell, est reçue à l’inspection académique par l’inspecteur de l’information et de l’orientation pour s’étonner de cette décision arbitraire, celui-ci la justifie en parlant de l’engagement, de la « posture » politique de Nicole Gaspon.

Nicole Gaspon est une dirigeante départementale du Parti communiste et conseillère municipale de Perpignan. C’est bien cela que l’inspection académique et le rectorat ont évoqué pour justifier une dérogation aux règles paritaires de l’éducation nationale et de la fonction publique. « À plusieurs reprises, et avec différents interlocuteurs syndicaux, l’inspection académique et le rectorat ont persisté dans leur incroyable affirmation, explique Nicole Gaspon. Mon engagement, mon activité politique et mes convictions syndicales ont été invoqués pour justifier le fait que je ne pouvais prendre la direction d’un CIO. » « Ou à la limite, hors du département », précise-t-elle. Le SNES départemental, bien décidé à ne pas laisser faire, a engagé une procédure juridique. Une motion de soutien a été votée lors du congrès national du SNES fin mars. Localement, l’affaire fait grand bruit et un très large « comité de défense des libertés » est en cours de création. « Le PCF et ses élus ne peuvent en aucune façon accepter qu’on banalise de tels actes et de tels discours, et que l’anticommunisme devienne en quelque sorte un motif acceptable de discrimination professionnelle », déclare la fédération communiste des Pyrénées-Orientales.

« Je ne veux pas qu’on retire son poste de directrice à ma collègue », assure aujourd’hui Nicole Gaspon. Elle n’engagera pas de démarche en ce sens. Proche de la retraite, la conseillère d’orientation dit n’attendre rien pour elle-même. « De toute façon je n’aurai rien et je n’imaginais pas terminer ma carrière dans l’amertume. Je veux simplement que la discrimination à mon égard, l’atteinte à la liberté soient reconnues et que des sanctions soient prises à l’encontre des gens qui ne respectent pas les principes républicains et qui, aujourd’hui, se croient tout permis. »

Olivier Mayer

dimanche 5 avril 2009

Le Cher doit être respecté!

Hier dans les rues de Bourges, élus et citoyens du Cher Nord ont crié leur colère face à la décision de la Préfète du Cher d'autoriser l'épandage de boues sur 5000 hectares. Interrogé par une journaliste, j'ai justifié ma participation à ce rassemblement.

Comme citoyen d'abord, outré qu'on ne tienne pas compte de l'avis majoritaire des habitants du Nord du département. La Préfète passe en force et c'est insupportable. Où est la démocratie?

Comme enseignant en milieu rural ensuite. Bien qu'habitant Bourges, je travaille dans une commune du Nord du département. Je peux ainsi témoigner de la vitalité de ces communes, de l'implication de leurs habitants pour les faire vivre et défendre leur qualité de vie. Nul doute que l'épandage de boues fragiliserait un peu plus des villages déjà atteints par les suppressions de services publics notamment.

Comme élu et responsable politique enfin. Notre département est on peut le dire, saccagé par la politique de la droite: suppressions de services publics je l'ai dit, mais aussi suppressions d'emplois, désengagement de l'Etat à tous les niveaux et notamment en ce qui concerne les collectivités locales, fermeture du Lycéede Vailly...j'en passe. La décision de venir répandre la "merde" venue des Yvelines en dit long sur la manière dont nous sommes considérés en haut lieu.

Je dois dire qu'une question se pose. Que font les parlementaires de droite du Cher pour faire respecter notre département? Que font Messieurs Cosyns, Fromion, Pillet, Pointereau à part accompagner à Paris la politique de casse du gouvernement qui a des conséquences directes dans le Cher?

Calendrier

« avril 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact