Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 23 décembre 2009

Bonnes fêtes de fin d'année

Je m'éloigne quelques jours de mon clavier, le temps de prendre un peu de repos et de se changer les idées...

Je vous souhaite à tous une belle fin d'année. Qu'elle soit pour tous l'occasion de beaux moments de convivialité (profitez tant qu'elle n'est pas privatisée)!

Je vous dit à l'année prochaine, pour partager en pleine forme nos combats communs et avancer ensemble vers un nouvel avenir.

A très bientôt.

mardi 22 décembre 2009

Prendre nos responsabilités

J'ai animé l'assemblée générale des communistes de Bourges et de l'agglomération hier soir. Le débat a été très riche et parfois vif: il a porté essentiellement sur notre projet pour la Région Centre et notre positionnement pour les prochaines élections régionales, après la décision du Parti socialiste de ne pas constituer dès le premier tour de liste d'union. Il fallait donc que les communistes se réunissent à nouveau afin d'envisager cette situation nouvelle.

Je suis satisfait que l'unité se fasse à l'issue d'une phase qui risquait de voir partir sur deux listes des membres du PCF. Aujourd'hui les choses sont plus claires.

Les communistes de Bourges ont considéré dans leur ensemble que notre investissement dans le Front de gauche était le seul possible désormais au premier tour des élections régionales.

Hasard du calendrier, je découvre ce matin dans le Berry républicain l'appel de plusieurs élus socialistes en faveur de l'union au premier tour. Je comprends cet appel: il témoigne d'une volonté de ne pas supporter la responsabilité de la désunion à gauche. Chacun jugera.

Ayant participé à la rencontre entre nos deux fédérations, j'ai en tête la formule utilisée par Philippe Fournié: Nous voulons constituer une liste socialiste ouverte. Je me souviens de sa volonté affichée de rééquilibrer le rapport des forces entre nos deux formations. Il est vrai que depuis 2004, ce sont les quatre conseillers régionaux communistes qui ont fait l'essentiel du travail pour la Région dans le Cher (mis à part Alain Rafesthain). Je rappelle aussi que le PCF a toujours privilégié l'union dans ce département, ce qui a permis à la gauche de conserver le Conseil général et de remporter de belles victoires comme à Vierzon.

Les simples déclarations ne suffisent pas, il faut aussi des actes: ils ne sont pas venus ni dans le pays, ni dans la Région, ni dans le Cher. Au delà, je crois qu'il existe une volonté chez certains responsables socialistes d'attendre et de voir au soir du premier tour, comment vont s'équilibrer les rapports de force: Modem, Front de gauche, Europe Écologie... et quelle recomposition opérer. Les citoyens en décideront.

L'enjeu des élections régionales est maintenant de faire en sorte que le Front de gauche pèse le plus possible dans la perspective d'une fusion de toute la gauche au second tour, pour garder la Région à gauche et répondre aux attentes des salariés, des familles populaires, des classes moyennes, de toutes celles et ceux qui subissent les conséquences de la crise du capitalisme et de la politique de Sarkozy.

vendredi 18 décembre 2009

Dernier conseil municipal de l'année

Ce soir se tenait la dernière réunion du Conseil municipal de l'année. Je suis intervenu sur la présentation du budget 2010 contre lequel nous avons voté. Avec les conseillers municipaux communistes, nous nous sommes abstenus sur le dossier du Palais des Sports par manque d'informations, l'étude n'étant pas faite. Enfin, je suis intervenu en faveur de la revalorisation du régime indemnitaire du personnel municipal comme le demandent leurs syndicats.

Ci dessous, vous trouverez mon intervention sur le budget 2010.

Read next

jeudi 17 décembre 2009

Divorce?

J'avoue avoir été quelque peu surpris par le titre du Berry républicain ce matin qui parlait en ces termes de l'entrevue, à laquelle j'ai participé, entre les fédérations du PCF et du PS. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi en politique, ce qui fait débat est toujours prétexte à psychodrame.

Pour qu'il y ait divorce, il faut qu'il y est union. Or jusqu'à hier, seuls des pourparlers ont été engagés pour envisager une liste d'union à gauche dès le premier tour des élections régionales. C'était le mandat dont était investie la direction fédérale du Cher du PCF. Le PS a choisi de constituer (dixit) une liste socialiste ouverte et non de travailler à l'union. Les projets portés par les communistes pour la Région et le département ont été pris en compte sans engagement. Aucun engagement non plus concernant la volonté du PCF de gérer la Région bien à gauche et donc de ne pas passer d'alliance avec le MODEM. La question des places, qui semble à lire l'article du Berry, avoir constitué l'essentiel des discussions, est arrivée en dernier. La proposition faite au PCF ne reflète ni son niveau d'influence dans le Cher, ni l'apport des propositions qu'il fait dans un contexte nouveau de crise du capitalisme et de l'offensive menée par la droite.

Dès lors, et comme il était prévu, les adhérents du PCF vont se réunir pour arrêter définitivement leur stratégie et discuter des candidatures. C'est là le processus normal dans notre parti.

Bien sûr, il y a eu des divergences d'analyses dans la stratégie à suivre. Quoi de plus normal? Des communistes étaient favorables à des listes autonomes sous l'égide du Front de Gauche pour réaliser l'union au second tour, d'autres considéraient que l'union dès le premier tour était préférable. Aujourd'hui la situation est clarifiée par la réponse du parti socialiste.

Dans les discussions qui ont animé le PCF, les assemblées générales, mon premier soucis a été comme secrétaire de section, de respecter les points de vue et de favoriser l'approfondissement du débat. J'ai été peu disert sur ce blog pour ne pas influencer des discussions qui concernaient en premier lieu les communistes et interférer dans les débats. Leur richesse et l'affluence des adhérents aux assemblées générales, montrent la vitalité du PCF, pour ceux qui en doutaient.

lundi 14 décembre 2009

Dignité?

J'étais ce soir en conférence de presse avec un grand nombre de familles du CADA de Bourges (accompagnées par le RESF18 et le Comité de vigilance), désemparées par la décision de les transférer de la Charmille, où elles habitent actuellement, au Foyer Saint-François et à l'ancienne clinique rue Jean Baffier.

Les questions que ces demandeurs d'asile se posent sont nombreuses. Je ne parlerai pas à leur place puisqu'ils l'ont fait eux mêmes face à la presse. Mais je veux livrer ici mes interrogations et ce que m'inspire cette décision qui prend effet vendredi prochain.

La décision préfectorale de fermer le Cada de Bourges illustre dans ce domaine aussi la régression qui inspire la politique gouvernementale. Le nombre de demandeurs d'asile étant important, on supprime la structure les accueillant. C'est à se demander si les autorités ne veulent pas inciter les uns et les autres à aller tenter leur chance ailleurs... L'accueil et l'accompagnement des demandeurs d'asile est une obligation (pour combien de temps) constitutive de la tradition d'accueil de la France. Aider à constituer un dossier, à trouver un avocat, traduire les pièces administratives, héberger, voilà à quoi sert un Cada. Le transfert prévu à Saint François laisse interrogatif sur les missions qui lui seront confiées. De même, on va fragiliser une fois de plus des familles entières, dont les enfants sont scolarisés dans les quartiers Nord, fréquentent les structures de quartier et les activités proposées. C'est une nouvelle rupture dans leur vie. Par ailleurs, on peut s'interroger sur les conditions d'hébergement dans l'ancienne clinique Marie Immaculée. A-t-elle été rénovée? Est-elle au norme?

Un rassemblement est prévu mercredi soir à 18h devant la Préfecture pour exiger des réponses à toutes ces questions. J'y serai.

samedi 12 décembre 2009

Marché de Noël

Je me suis rendu en fin d'après midi au marché de Noël de Bourges, organisé par plusieurs associations du quartier Boubonnoux. Je suis tombé sur le défilé ouvert par des musiciens du quartier. Petits producteurs et associations y sont en bonne place. Artisanal plus que commercial, ce marché ne manque pas de charme, s'inscrivant parfaitement dans ce quartier historique. Il se tient encore demain dimanche.

L'Histoire manipulée

L'enjeu de la réforme du Lycée proposée par le gouvernement dépasse le simple cadre de l'Education nationale. La réforme, ou contre réforme, qui supprimerait l'enseignement obligatoire de l'Histoire Géographie en terminale S, révèle le remodelage idéologique qui s'opère depuis plusieurs années. Dès lors, ces questions dépassent la corporation des Historiens, pour interroger l'ensemble des citoyens. Je publie ci-dessous un appel qui ressitue les enjeux qui nous concernent tous.

Read next

mercredi 2 décembre 2009

Salut l'artiste

La Place Gordaine vient de perdre l'un de ses piliers et la chanson française un de ses plus ardents défenseurs à Bourges. Gilles Brico est décédé hier.

Gilles était un artisan infatigable de la convivialité. Il a fait avec son épouse Chantal, de la Soupe aux Choux et du restaurant le Guillotin, des lieux originaux, singuliers, loin des standards culturels. Gilles était aussi un créateur à l'image du festival décalé de la Soupe aux Choux pendant le Printemps de Bourges ou de la Cuvée de Parassy, qu'il a créé avec quelques copains au départ et qui est aujourd'hui le principal événement culturel de l'automne berrichon.

J'appréciais l'homme droit et simple, l'homme libre. D'un abord un peu bourru, Gilles cachait en fait une grande générosité. Un peu anar, Gilles était méfiant à l'égard de la politique, mais il accueillait débats et réunions à l'étage de son restaurant, notamment ceux de l'association Espaces Marx que j'ai un temps animés.

Aujourd'hui mes pensées vont vers son souvenir et vers Chantal et Régis.

Bourges perd quelqu'un de bien.

Calendrier

« décembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact