Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 27 février 2010

Palais des sports au menu...

Comme le retour des grues à la fin de l'hiver, les grands projets municipaux de Serge Lepeltier annoncent une élection dans laquelle il est engagé.

L'ordre du jour du conseil municipal d'hier soir a été bousculé. Non pas pour aborder la décision du ministère de l'Education nationale de fermer la filière productique du Lycée Mermoz, mais pour aborder le projet de palais des sports.

Dans un conseil au contenu un peu maigre, le maire de Bourges avait décidé de nous présenter une pré-étude concernant le palais des sports. J'ai regretté qu'aucun document ne nous ait été transmis en amont. Ce n'est pas je pense, une manière démocratique de traiter les élus du conseil municipal.

Par ailleurs je suis intervenu pour rappeler que nous avions voté l'étude à 600 000€ avec pour exigence qu'elle ne porte pas uniquement sur les aspects techniques mais aussi sur l'impact d'un tel équipement. Le Maire a balayé d'un revers de main ce rappel affirmant que nous nous étions mal compris à l'époque. Bref tout est lancé, y compris l'appel à projet. Le maire a remis aux calendes le contenu des exigences et le cahier des charges.

Je ne suis pas opposé à priori à la construction d'un tel équipement. L'équipe de basket féminine n'a pas aujourd'hui le gymnase correspondant à son niveau.Mais là, nous n'avons eu que quelques engagements flous, qui ne sont pas à la hauteur d'un tel projet. Par ailleurs, les difficultés dans lesquelles se trouvent les collectivités, et Bourges ne fait pas exception, la crise qui continue de frapper, auraient pu nous conduire à réfléchir aux urgences. Le coût du palais des sports se monte quand même à 21 millions d'Euro. Par ailleurs, les incertitudes pèsent sur le projet Avaricum.

Je serais intéressé qu'une discussion s'engage sur ce blog à propos de ce projet. Postez vos commentaires, engageons le débat.

mercredi 24 février 2010

Avec Marie France BEAUFILS...

Journée bien remplie à Bourges aujourd'hui pour le Front de gauche. Marie France BEAUFILS, tête de liste régionale, accompagnée de François DUMON, chef de file départemental et plusieurs colistiers, ont multiplié les rendez vous avec les Berruyers ce mercredi.

D'abord, manifestation pour les retraites. Plusieurs centaines de personnes rassemblées. Marie-France BEAUFILS a le contact facile: les discussions se nouent. Une retraitée de Rosières raconte ses difficultés à vivre avec 800€ par mois après une vie de travail. Rencontres avec les postiers. Dominique LARDUINAT, candidat sur la liste du Front de Gauche, salue la sénatrice de Saint Pierre des Corps, fille de postier. L'accueil est bon. Ceinte de l'écharpe du Sénat, la présence de Marie France réconforte celles et ceux qui se battent pour une retraite décente: elle montre qu'à gauche, tous ne sont pas sur la ligne de Sarkozy. D'ailleurs, notre présence est la seule d'une force de gauche. Nulle doute que le 14 mars, le vote pour le Front de Gauche sera le premier round pour la défense de la retraite à 60 ans.

Nous nous rendons ensuite au Marché de la Chancellerie en compagnie de Luis Lopez, collaborateur de Marie France BEAUFILS. Ancien directeur de la Charmille, c'est une figure familière des quartiers Nord. Les contacts sont nombreux, riches.

Nous nous sommes rendus à la rencontre ensuite des salariés de Nexter, de l'Atelier municipal et du Conseil général. Les discussions sur l'emploi ou la réforme des collectivités tiennent une place centrale.

Enfin visite du CREPS en compagnie de François DUMON à qui l'équipement doit tant. Conférence de presse avec Pierre HOUQUES et Jean Michel GUERINEAU, vice président chargé des sports au Conseil général.

Belle journée en vérité qui a montré la diversité des engagements et des préoccupations de notre liste dans cette élection régionale.

samedi 20 février 2010

C'est à moi que tu parles?


front de gauche
envoyé par espacecitoyen. - L'actualité du moment en vidéo.

jeudi 18 février 2010

Une part de...

Une part de rêve s'en va

La disparition de Jean Linard crée un grand vide. Artiste, céramiste, graveur, mais avant tout poète, l'homme des bois de Neuvy-deux-Clochers, à la silhouette voutée et échevelée nous a quitté mercredi. Une figure de notre département s'en va. Une part de rêve aussi. Sa cathédrale à ciel ouvert fut sa grande oeuvre, pleine de cette innocence créatrice qu'il prêtait aux gamins, dont il disait qu'après 10 ans, ils avaient perdu de ce génie enfantin qui semblait l'habiter encore.

Une part d'innocence aussi

La nouvelle est tombée comme un coup de trique ce matin. A l'heure du laitier, Irina, Ivan son compagnon et Nadia, la fille d'Irina âgée de 13 ans (deuxième en partant de la gauche sur la photo), ont été cueillis au foyer Saint François. Ils sont à Moscou ce soir. En moins de vingt quatre heures, c'était réglé. La grand mère de Nadia, elle aussi au Foyer Saint François, n'a même pas été réveillée pour dire au revoir à ses enfants. Elle reste seule en France, sans parler la langue et très gravement malade (c'est d'ailleurs à ce titre qu'elle peut rester en France). J'avais fait connaissance de cette famille lors du parrainage à Marçais où je parrainais une autre famille.

A l'issue de la manifestation qui réunissait ce soir une soixantaine de personnes à l'appel du RESF 18, j'ai rencontré avec une délégation le secrétaire général de la Préfecture. Droit dans ses bottes, drapé dans la légalité républicaine, il a justifié froidement sa décision de faire procéder à cette expulsion. Je lui ai opposé la possibilité qu'avait le préfet de procéder à une régularisation à titre humanitaire, compte tenu de la situation de la grand mère de Nadia. La morale républicaine le permet même au regard des lois les plus restrictives.

Nadia ne fera pas lundi sa rentrée au Collège Victor Hugo. Il y aura une chaise vide dans sa classe et nul doute que ses enseignants auront les plus grandes difficultés à justifier cette absence.

mardi 16 février 2010

A l'ombre des deux tours...

Ce titre, inspiré par le dessinateur Art Spiegelman*, m'est venu ce matin alors que je distribuais à 7h aux portes de la Centrale nucléaire de Belleville. Avec François Dumon et Catherine Penrath, syndicaliste à ERDF et deuxième sur la liste du Front de gauche dans le Cher, nous avons reçu un accueil chaleureux de la part des centaines de salariés qui entraient sur le site par un froid glacial.

Deux tours comme les deux listes qui font l'objet d'une présentation soignée ce matin dans le Berry républicain... Ainsi, le seul quotidien local a choisi d'insister sur le duel UMP/PS, alors qu'il y a 9 listes en présence. Pour qui ne s'y connaît pas, et ils sont nombreux à l'ignorer, le scrutin régional est un scrutin à deux tours. Aucune liste ne peut donc obtenir la majorité au premier, vu leur nombre. Mieux, la droite conduite par Novelli, même si elle est en tête le 14 mars, ne dispose pas de réserves de voix suffisantes pour dépasser le total des voix de gauche. Or la gauche sera unie au second tour et donc devrait l'emporter en toute logique...

Je m'interroge sur ce type de dispositif médiatique qui marche, inconsciemment, dans les pas d'une bipolarisation voulue par le gouvernement (voir la réforme du mode de scrutin pour désigner les conseillers territoriaux). Je m'interroge sur cette absence dans la presse, de confrontations d'idées et de projets portés par toutes les listes. Je m'interroge sur ce choix de réduire à un duel, la campagne du premier tour. Je m'interroge sur le traitement de la liste du Front de gauche, conduite par un vice président communiste très actif dans le mandat précédent, François DUMON, et qui compte quand même le seul parlementaire de gauche du département, Jean-Claude Sandrier. Une liste soutenue par les principaux élus de la gauche non socialiste du département, et non des moindres comme le maire de Vierzon, deuxième ville du département, et par de nombreux syndicalistes. Je m'interroge alors que le Front de gauche a fait le 2ème meilleur score au niveau national dans le Cher avec près de 12% des voix.

Pas de conspiration derrière ce modèle de pensée quelque peu binaire. Je suis sur ce point en accord avec l'analyse de Chomsky sur les média. Juste l'intégration d'un modèle et d'un système de pensée dominants.. On reproduit à l'infini et on décline en local, les tendances données par les sondages, pourtant très contestables, et les média de masse. On formate en somme.

Il faut s'interroger dès lors, sur l'avenir de la démocratie, sur la place et le sens du mot pluralisme.

  • A l'ombre des tours mortes, Art Spiegelman, Casterman 2004

lundi 15 février 2010

Transports urbains

La RATP récupèrerait la gestion du transport urbain à Bourges et dans l'agglomération. C'est du moins l'information qui circule depuis plusieurs jours.

Qu'une grande entreprise publique se batte dans un secteur ouvert à la concurrence ne me réjouit pas. D'autres exemples existent comme La Poste ou Erdf avec souvent à la clé, ouverture de capital et privatisation. Dans ce jeu, les logiques qui prévalent sont souvent éloignées des missions premières et essentielles de ces entreprises.

La question aujourd'hui est de voir arriver un nouvel exploitant des transports urbains à Bourges. Je pense que nous devons être attentifs au service proposé aux usagers (je n'arrive pas à dire client, désolé). Il nous faudra être vigilants aussi à la gestion du personnel, à ses conditions de travail et de salaires.

Le transport urbain est une question particulièrement sensible dans notre ville. Je souhaite le développement d'un réseau de qualité et de proximité comme solution aux problèmes de stationnement dans l'hypercentre et aux difficultés qu'ont certaines personnes à se déplacer.

Je serai très attentif aux évolutions en cours.

mercredi 10 février 2010

33 ans de boîte et licencié...

Avec Fabienne BOURGOIN, conseillère municipale de Bourges et Jean-Michel GUERINEAU, Vice président du Conseil général, j'ai participé au rassemblement de soutien à la délégation des salariés de Fermoba, reçue en préfecture.

Le groupe licencie. Une centaine de salariés se retrouve sur le carreau. Il y a là des jeunes et des plus anciens, comme celui qui m'avoue 33 ans d'ancienneté et qui est sur la liste! Est-ce ainsi que les hommes vivent me suis je alors dit en moi même.

Si l'emploi ne peut être maintenu, il faut que les licenciés partent dans des conditions dignes et respectueuses.

Plus largement, il y a urgence à développer les protections nécessaires aux salariés notamment un système de sécurité-emploi-formation comme le propose le PCF. La question de l'emploi est primordiale dans cette campagne des élections régionales, et comme le propose le Front de Gauche, il est possible que la Région intervienne pour favoriser et développer l'emploi productif en créant des fonds publics régionaux pour l'emploi et la formation.

dimanche 7 février 2010

Ce passé qui ne passe pas...

J'étais hier au salon du livre d'Histoire organisé par l'association Agora défense à Bourges. J'ai assisté à une conférence intéressante au titre assez bien choisi: Désobéir pour sauver, et qui traitait des gendarmes et policiers durant l'Occupation, reconnus Justes parmi les nations pour avoir sauvé des Juifs. Deux regrets tout de même: l'absence d'un universitaire qui aurait pu apporter un peu plus de rigueur scientifique au débat et l'impossibilité de discuter de la notion de désobéissance aujourd'hui. Désobéir quand des vies sont en jeu et que des atteintes à la dignité humaine sont posées, c'était pourtant un beau thème de réflexion.

Dans les allées du salon, j'ai été interpelé sur le silence de la gauche à propos du passé d'Hervé Novelli, tête de liste de l'UMP et du Nouveau Centre dans la Région. Son second, Serge Lepeltier, lui aussi présent au salon, avait en son temps laisser planer la suspicion sur le passé de celui qui était alors son concurrent direct pour conduire la majorité présidentielle. Je laisse au lecteur le soin de forger son jugement à l'aide de ces deux articles:

le contre journal

Rue 89

Ce qui me laisse interrogatif c'est, non pas la jeunesse d'un homme politique qui s'est fourvoyé dans des combats obscurs, dans des groupuscules antisémites, anticommunistes et racistes. Ce qui doit nous interroger je pense, c'est le rôle des officines patronales qui ont pignon sur rue, et qui ont recyclé ces élites de l'ultradroite, à un moment où en France, dans les années 80, les luttes dans la métallurgie ou la sidérurgie faisaient rage. Cela me semble-t-il, en dit plus long sur la continuité des comportements que l'on connaît de la part d'un grand patronat qui avait fait avant guerre le choix de la défaite, pour paraphraser le livre de l'historienne Annie Lacroix-Riz. Il y a comme cela des permanences dans les réseaux qu'il faut dénoncer au même titre qu'elles ont pu exister au sommet de l'Etat (qu'on se souvienne des amitiés entre Bousquet et Mitterrand). Les liaisons dangereuses dans les sphères dirigeantes doivent nous tenir en alerte et nous imposer la plus grande vigilance.

mercredi 3 février 2010

Un beau meeting

C'était ce soir à Bourges le premier meeting du Front de Gauche pour les élections régionales.

200 personnes, très diverses dans leurs engagements syndicaux et politiques étaient présentes. François DUMON, notre tête de liste, Pierre HOUQUES pour le Parti de Gauche ont ouvert la soirée ponctuée de clips du Front de Gauche. Puis ce fut le tour de Martine BILLARD, Députée de Paris. J'ai apprécié sa vision de l'écologie indissociable d'une politique sociale et économique progressiste, opposée aux logiques libérales. Elle a exposé sa proposition de loi pour une planification écologique. Audacieux et novateur. Jean Claude SANDRIER, Député du Cher, a conclut la soirée par une revue des derniers mauvais coups du gouvernement.

La dynamique est lancée! Le Front de Gauche, c'est parti.

lundi 1 février 2010

La liste du Front de Gauche du Cher

C'était ce soir que la liste du Front de gauche était présentée à la presse. Conduite régionalement par Marie France BEAUFILS, elle est menée dans le Cher par François DUMON, Vice Président de la Région.

Je figure à la cinquième place, derrière Marie Christine BAUDOUIN (PCF), Conseillère régionale, Pierre HOUQUES, ancien dirigeant et élu du PS bien connu, aujourd'hui animateur du Parti de Gauche et Danièle ROUGE, sans étiquette et qui représentera le Cher-Nord. Suivent à la 6ème place Françoise WINCKLER (PCF), conseillère sortante et Mathijs SCHOEVAERT, ouvrier métallurgiste (PCOF). Suivent Aude BRISSON, la plus jeune, ancienne responsable du MJS aujourd'hui au PG, Dominique LARDUINAT, postier et responsable syndical, sans étiquette, Ralida FERRAS, Maire adjointe à Vierzon et professeur des écoles, sans étiquette et Jean-Claude SANDRIER, Député du Cher. Enfin les deux suppléants sont Catherine PENRATH (PCF), syndicaliste à ERDF et Jean BRISSON (PG), ancien premier adjoint socialiste à Drevant.

Cette liste, ouverte au mouvement social et à diverses forces politiques de gauche, reflète je crois assez bien notre département, les combats qui s'y mènent, les aspirations des salariés et des retraités.

1er grand rendez vous: mercredi 3 février à 18h30 pour le meeting de lancement à Bourges au restaurant des rives d'Auron près de la médiathèque. Martine BILLARD, Députée de Paris en est l'invitée.

Calendrier

« février 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact