Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 mars 2010

Régionales: la droite sévèrement sanctionnée

Comme tous les électeurs de gauche, je savoure ce lundi la défaite de la droite française à l'occasion du 2ème tour des élections régionales dimanche. La sanction est lourde pour Sarkozy et ses soutiens; leur politique est désavouée à mi mandat présidentiel.

Je suis particulièrement satisfait de la déroute de l'UMP, du Nouveau Centre et de leurs alliés dans notre Région. C'est la victoire de toute la gauche, unie aux écologistes.

A Bourges, le résultat est sans appel. Serge Lepeltier, qui conduisait la liste, subit un cuisant échec avec 34% des suffrages quand la gauche atteint 56%. C'est je crois, la sanction d'une politique municipale, que les Berruyers n'ont pas voulu voir décliner au niveau régional. Ce résultat fait bien entendu regretter la défaite de la gauche unie aux municipales de 2008.

Je suis heureux aussi de voir le MODEM si bas à l'issue du premier tour. Je souhaite que la tentation centriste d'une partie de la gauche française qui nous conduirait à une situation à l'italienne, soit derrière nous.

Plusieurs éléments doivent nous interroger.

D'abord l'abstention qui est très élevée. La désaffection des urnes par une partie de la population qui ne se reconnaît pas dans les projets et ceux qui les portent sera-t-elle durable? L'avenir le dira. Une chose est sure, c'est que la réforme du mode de scrutin pour les élections à venir, renforcera cette tendance. Le vote pour le FN ensuite, qui nous ramène des années en arrière. L'agitation de l'épouvantail FN ne suffira pas à éloigner durablement le danger de l'extrême droite et ceux qui s'en empareraient pour affaiblir la droite porteraient une lourde responsabilité.

La pérennité du Front de Gauche enfin. Ce rassemblement d'un nouveau type a marqué des points, dans le département mais aussi partout en France, notamment là où le PCF est implanté. C'est la troisième force à Bourges et dans le Cher, et la deuxième à gauche. Bien sûr, comme tout rassemblement en construction, il y a des couacs, des erreurs, des crispations de part et d'autres. Je crois cependant qu'il faut creuser ce sillon ouvert par la victoire du Non au référendum sur la Constitution européenne et par les élections de juin dernier. Il en va de l'espoir de changer cette société devenue invivable pour le plus grand nombre et de notre capacité à la changer.

Pour l'heure, le mouvement social se remet en branle avec la grève du 23, à la veille de l'ouverture des discussions sur la contre-réforme des retraites. Il convient d'exiger haut et fort le maintien de l'âge légal du départ à la retraite à 60 ans et la revalorisation des pensions. Souhaitons que ce mouvement grandisse face à ce gouvernement, certes remanié, mais qui conserve la fiche de route signée au Fouquet's en 2007.

lundi 15 mars 2010

La gauche doit gagner dimanche

Au lendemain du premier tour des élections régionales, je suis content que la gauche soit majoritaire à Bourges, dans le Cher et en Région Centre.

Je suis très satisfait que le Front de Gauche progresse en voix et en pourcentage partout par rapport aux européennes. C'est la troisième force du département du Cher et à Bourges, la deuxième à gauche avec plus de 12%.

Je suis par contre inquiet et interrogatif concernant l'abstention. Plus de la moitié des électeurs ne se sont pas déplacé. Il s'avère qu'un certain nombre de personnes ont décroché des élections, considérant qu'elles ne changeront rien à leur vie. Phénomène de repli et de désillusion, qui s'exprime aussi dans le vote à l'extrême-droite. Le FN progresse à nouveau. Avait-il seulement disparu? Siphonné par Sarkozy en 2007, le parti du FN retrouve une part de ces électeurs déçus par l'UMP, sur fond de peurs, de xénophobie, de précarité, d'insécurité sociale...entretenus par la droite sur fond de crise économique.

Premier bilan donc qui conduit à nous garder à gauche de tout triomphalisme tout en restant légitimement satisfaits. Il reste un deuxième tour dimanche. Il faudra intégrer dans le discours et dans les actes à venir les réponses en terme de mieux vivre et de mieux être pour nos concitoyens, pour les salariés, les retraités, les jeunes et les plus fragiles. C'est la condition pour mobiliser toute la gauche et les abstentionnistes.

samedi 13 mars 2010

Jean Ferrat est parti

La nouvelle est tombée: Jean Ferrat est mort.

J'éprouve beaucoup de tristesse depuis quelques heures. Je dois à Ferrat une part de mon engagement communiste. Je l'écoutais sur les disques de mes parents. Je me souviens rechercher, enfant, le sens et la portée de ses textes les plus engagés. La révolution cubaine, les luttes anti-coloniales, la déportation, la guerre d'Espagne ou les révolutions russes chantées par Ferrat, sont entrées dans ma culture politique avant même les lectures et les expériences militantes.

Jean Ferrat c'était une voix généreuse et chaleureuse, un poète et un grand interprète. C'est une voix de la mémoire ouvrière et populaire qui s'en va. Ferrat était un compagnon de route du PCF, un communiste sans carte. Jusqu'à ses derniers moments, il a tenu cet engagement qui fut le sien toute sa vie, appelant à voter pour le Front de Gauche aux régionales.

Son regard critique, ses valeurs et ses chansons demeurent.

vendredi 12 mars 2010

J-2

A J-2, je reprends mon clavier, abandonné depuis une dizaine de jours. C'est le signe d'une campagne haletante qui, si elle laisse le temps encore de lire les billets et de surfer sur le web, n'en laisse guère pour essayer d'écrire sur ce qu'on vit au quotidien.

J'ai d'abord le sentiment qu'il y a comme un fossé qui sépare la campagne médiatique et celle menée sur le terrain. Sur nos écrans, petites phrases et boules puantes se sont succédées révélant un niveau de débat extraordinairement bas. C'est étonnant de voir comment ce qui faisait discussion il y a encore quelques semaines a disparu des plateaux télé et des articles des grands journaux. On ne parle plus de taxe carbone, vantée pourtant par les dirigeants d'Europe écologie d'accord sur ce point avec le gouvernement. Exit le débat sur la retraite et la proximité idéologique entre certains milieux à gauche et le président Sarkozy. Comme s'il fallait mettre un voile sur ce qui fâche les Français.

Ce que j'ai vécu dans la campagne jusqu'à aujourd'hui est bien différent.

La question sociale est bien le coeur de ce qui préoccupe aujourd'hui celles et ceux que j'ai rencontrés.

Les conseillers d'orientation psychologues du Cher d'abord que j'ai rencontrés la semaine dernière, inquiets des menaces que fait peser la politique de Sarkozy sur leur statut et sur le financement de leurs infrastructures, que les conseils généraux ont de plus en plus de mal à assurer. Aide à l'orientation des élèves, bilans psychologiques, interventions dans les collèges ruraux sont aujourd'hui menacés par la politique de droite. Faut-il rappeler que ce sont souvent les enfants des familles souvent déjà durement touchées par la crise ou dans des situations sociales sensibles qui ont le plus besoin du CIO? Le CIO du Cher, ses personnels, doivent être soutenus parce que leurs missions sont essentielles.

Le CIO était justement ce matin en bonne place dans la manif des personnels de l'éducation nationale. Celle ci est de plus en plus malmenée. La proposition scandaleuse de Luc Chatel de rappeler les retraités et de faire appel aux étudiants pour remplacer les profs absents sonne comme un aveu d'échec terrible pour la politique gouvernemental de réduction des dépenses publiques et de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Le saccage de l'éducation, comme de la santé publique, est minutieusement fait sur l'autel des réductions d'impôts pour les plus riches.

Autre lutte que je soutiens, c'est celle des employés de la ville de Bourges. En grève lundi pour revaloriser leur régime indemnitaire, ils ont trouvé la porte du maire close. Chacun appréciera le sens du dialogue social de Serge Lepeltier.

J'ai terminé la semaine en honorant l'invitation du Congrès départemental de la CGT. Un congrès qui selon plusieurs camarades a été riche en discussion sur toutes les questions touchant aux retraites, au droit des salariés, aux salaires, à la nécessaire défense de l'industrialisation comme devait le rappeler le nouveau secrétaire général Sébastien Martineau en clôture. L'occasion pour moi aussi de saluer Jean Pierre Planson, qui vogue vers de nouvelles responsabilités.

Et puis il y a eu l'ordinaire d'une campagne: les marchés, les distributions, les réunions et les meetings du Front de gauche. Avec François DUMON et tous les colistiers nous menons une belle campagne. Plus de 600 habitants du Cher se sont réunis cette semaine dans les meetings de Vierzon, de Bourges, de Saint-Amand, Saint-Florent... montrant que la dynamique existe. Je trouve d'ailleurs un peu sibyllin de la part de certains commentateurs d'affirmer que le meeting de Bourges du Front de gauche hier soir était clairsemé. Environ 150 personnes étaient là (selon l'avis du technicien qui a avait disposé les chaises) dans une salle de 200 places. C'est plutôt pas mal sans vedette nationale et pas moins de quatre meetings départementaux dans la même semaine. Le front de gauche a d'ailleurs fait les plus importantes réunions publiques de cette campagne dans le Cher.

Le service public, l'emploi, le pouvoir d'achat, la retraite voilà de quoi il aurait fallu parler pendant la campagne, autant de silences qui en disent long pour la suite. Raison de plus pour voter Front de Gauche dimanche pour se donner de la force dans tous ces combats.

mercredi 3 mars 2010

Carnet de campagne à J-10

Journée de campagne ordinaire? Pas si sûr.

Début ce matin tôt, à l'Atelier municipal de la ville de Bourges. Les camions de nettoyage rentrent au dépôt, ceux qui embauchent arrivent en vélo ou en voiture. La rencontre avec les employés municipaux est chaleureuse. L'un d'eux, électeur socialiste, m'avoue ne pas être emballé par l'état du PS et notamment sur la question des retraites... Il doute. Le vote Front de gauche le séduit après discussion notamment pour peser à gauche au premier tour. Son sentiment est conforté par le sondage du matin paru dans le Berry républicain, qui donne la gauche largement gagnante au deuxième tour en Région Centre le 21 mars.

SONDAGE

Le sondage. La lecture du seul quotidien local ce matin, après la distribution, me conforte dans l'idée que les électeurs de gauche vont pouvoir choisir au premier tour, sans se sentir obligé de "voter utile" pour écarter le danger de la droite. Le Front de gauche est donné à 7% dans la Région. Pas mal, surtout qu'il progresse par rapport aux estimations précédentes. Encore un effort et nous serons sur le podium, pour reprendre une métaphore sportive chère à François DUMON, notre tête de liste dans le Cher. C'est un enjeu important si l'on veut écarter toute tentative d'alliance entre le PS et le MODEM. C'est le seul enjeu si l'on veut ancrer à gauche la politique de la Région demain et répondre aux attentes populaires. Il en va de l'avenir de la gauche en région mais aussi dans le pays.

PLURALISME

Sinon quoi dire à propos de la lecture du Berry républicain ce matin? A part que le rédacteur en chef a choisi de privilégier les deux partis dominants: le PS et l'UMP. La confrontation des programmes ne se fait qu'entre eux dans les colonnes du quotidien. Leur liste respective a été présentée plusieurs fois. Cela devient de plus en plus insupportable. Comme secrétaire d'une section du PCF qui compte 300 adhérents environ, dont un grand nombre de lecteurs du Berry, comme élu d'un sensibilité politique qui compte des milliers d'électeurs et de sympathisants dans le Cher, j'en appelle au respect du pluralisme et à celui des lecteurs, de tous les lecteurs, de droite et de gauche. Le 14 mars, si le score du Front de gauche est haut, nous créerons la surprise et déjouerons les pronostics, un peu comme en 2005 quand presse et grands partis donnaient le Oui à la constitution gagnant, prenant leurs désirs pour des réalités. Le 14 mars, il faudra donner une bonne gauche à la droite et à la pensée unique.

UNION

Un peu plus tard sur le marché d'Henrichemont, je croise de nombreuses personnes de connaissance. Les encouragements sont nombreux. Une femme se félicite que la seule tentative d'union des forces de gauche viennent du Front de gauche. J'ai le sentiment agréable que nous semons pour la suite...

FICELLE

De retour sur Bourges, Jean-Michel GUERINEAU me montre le dernier tract de campagne de l'UMP qui annonce le TGV à Bourges si Novelli et Lepeltier gagnent. Autour des traditionnelles pizzas du mercredi, avec le collectif de campagne (les repas équilibrés n'ont guère leur place dans une campagne électorale), on en rit. Fallait le faire quand même: ressortir le même stratagème qu'en 2008 aux municipales, la ficelle est un peu grosse. C'est quand même prendre les électeurs et les Berruyers pour des gogos. On verra si ça marche. J'en doute.

A J-10, on sent la tension monter. Une saine tension parce que les choses commencent à bouger dans le bon sens. Il s'agit de ne pas fléchir.

Calendrier

« mars 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact