Lors du dernier conseil municipal, je suis intervenu contre le déclassement de l'ancienne école Marcel Sembat A. Aujourd'hui, la destruction de cette école fait l'objet d'une page entière dans le Berry républicain relatant l'émoi des riverains et des usagers.

Le quartier Sembat, qui s'étale des Thyzons à la place de la Pyro, est en plein renouvellement: constructions nouvelles, arrivées de familles avec enfants... C'est un des quartiers les plus mal lotis en matière de services publics (pas de Poste, de centre Caf, une mauvaise irrigation en transport public...). Il a été privé en outre, de lignes scolaires et de l'accueil parents-enfants (Courte échelle à Sembat B).

La destruction de Sembat A a des conséquences: transfert de l'accueil avant et après la classe à Sembat B (qui n'est pas adaptée), fermeture du Centre de loisirs.

Ce qui motive le maire, c'est la construction de logements sociaux. Pourquoi pas? Il s'agit en fait de bénéficier des fonds du PRU, ce que dit le Maire, alors que le projet initial ne prévoyait aucune constructions à cet endroit. Lors du conseil d'avril, j'ai interrogé Serge Lepeltier sur un éventuel tour de passe passe: en effet la construction de logements sociaux à Avaricum s'avérant de plus en plus hypothétique (leur nombre n'est même plus fixé), n'y aurait-il pas un transfert vers Sembat?

A quoi cela rime-t-il de construire sans prévoir les structures permettant le (bien) vivre ensemble? Faudra-t-il que les enfants nombreux dans le quartier, s'entassent dans Sembat B, alors qu'on aurait pu garder l'autre école (fermée en 2003) en réserve? De plus la cantine est déjà trop petite.

Je réaffirme qu'il aurait fallu faire du site de Marcel Sembat A, un pôle de services avec le centre de loisirs, l'accueil avant et après la classe, Courte échelle, et garder en réserve pour l'avenir les salles de classes.

Le manque d'esprit d'anticipation et de vision du maire et de son équipe est frappant. C'est un urbanisme de gribouille qu'ils mènent, qui plus est sans concertation.