Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 30 novembre 2010

Primaires: et le débat?

Ça y est, c'est parti... La pollution de la vie politique à gauche par les primaires socialistes envahit les média. C'est ce qu'on pouvait redouter de pire. Franchement, au lendemain d'un puissant mouvement social comme celui qu'on a connu avec les retraites, on pouvait s'attendre à autre chose. Dans cette bataille pour savoir qui sera à même de battre Sarkozy, la question des solutions pour répondre aux besoins des salariés de ce pays, des retraités et de la jeunesse, est reléguée aux oubliettes.

Comme l'a dit Pierre Laurent au forum du Front de Gauche de Vierzon hier, la gauche gagnera si elle est capable d'entendre les exigences populaires: sur la retraite à 60 ans à taux plein, sur les augmentations de salaires, sur une réforme de la fiscalité et le partage des richesses.

Avec la démarche du Front de Gauche d'ouvrir cet espace politique à tous ceux qui veulent que ça bouge, aux acteurs du mouvement social, aux citoyens, pour construire un programme partagé, remettons au cœur de la gauche les propositions qui intéressent nos concitoyens.

Prochain rendez vous du Front de Gauche: avec André Chassaigne, député du Puy de Dôme, vendredi 3 décembre à 18h30 salle du restaurant des Rives d'Auron à Bourges.

dimanche 28 novembre 2010

Conseil municipal de Bourges

C'est vendredi que s'est tenu le conseil de novembre. Un ordre du jour en apparence un peu maigre, mais qui finalement a permis des débats approfondis.

La vente à Bourges Habitat de l'école Marcel Sembat A par exemple. A la demande des riverains, j'ai plaidé pour une autre utilisation des locaux pour ne pas se priver d'un bâtiment qui pourrait servir à accueillir à nouveau des élèves, dans un quartier qui connaît un renouvellement. L'occasion pour moi, de dénoncer le manque de vision du maire en matière d'urbanisme, qui procède par touches successives sans créer de liens dans les quartiers: l'école Sembat A aurait pu servir à accueillir des services à la population et notamment le centre de loisirs, dont le maire a annoncé la suppression.

Deuxième gros dossier, la demande de passage de Bourges en commune touristique. J'ai émis des craintes sur le risque de voir notre commune, autoriser l'ouverture des magasins le dimanche, puisqu'au titre de la loi Mailhé (2009), les communes touristiques en ont le droit. Le Maire, qui s'est dit intéressé par l'idée de lancer une réflexion autour de l'ouverture des commerces le dimanche, nous a assuré que si cela devait se faire, une délibération passerait en conseil. A l'occasion de cette délibération, j'ai pointé les difficultés rencontrées par les hôtels en centre ville qui connaissent une baisse de leur fréquentation au profit des hôtels périphériques. J'ai souligné le manque d'ambition du maire pour redonner à notre hypercentre, une attractivité nouvelle qui passerait par une réduction drastique de la place de la voiture. Au lieu de cela, la municipalité met en avant le "petit train" touristique, dont la cohabitation avec les voitures s'avère pourtant difficile.

Enfin en question diverses, le maire a annoncé la signature de la vente du site Avaricum au promoteur quelques jours avant. Finalement, il vient de vendre un quartier de la ville en faisant perdre aux Berruyers 2 millions d'€. A voir la mine des conseillers de la majorité, on comprenait que la maire n'avait aucune raison de pavoiser. Serge Lepeltier est revenu sur l'annonce faite dans la presse de la remise à plat du projet de Palais des Sports. Comme je l'ai écrit, il y a un vrai problème de méthode dans l'approche d'un tel dossier. Aucune étude, de l'argent dépensé à fonds perdu, de l'opacité, tout concourt à faire de ce projet un fiasco...

Pour terminer je voudrais revenir sur le petit incident venu du conseiller tournant de A gauche Bourges, qui a enjoint l'opposition à quitter le conseil pour protester contre l'absence de démocratie (suite au huis clos décrété par le Maire au dernier conseil ou à l'annonce sans concertation d'une nouvelle implantation du futur Palais des sports). Au final, le conseiller a quitté seul la séance. A quoi bon être élu si c'est pour pratiquer la politique de la chaise vide? La démocratie, c'est aussi l'échange de propositions et de points de vue, le respect de ceux qui nous ont élus pour porter des valeurs et une parole dans les enceintes où l'on siège. La règle de la majorité ne permet pas à l'opposition de l'emporter. Découvrir cela après plus de deux ans de mandat révèle une grande naïveté, feindre de le découvrir relève de la malhonnêteté.

mardi 23 novembre 2010

Gaspillages

L'annonce dans les colonnes du Berry républicain de dimanche du choix par le maire d'un nouvel emplacement pour le Palais des sports a de quoi faire réagir.

Pas de débat en conseil municipal, ni même d'information des élus municipaux; à lire l'article, ce sont les actionnaires du club qui décident de l'utilisation de l'argent public! En passant, on apprend que le futur palais des Sports coûtera plus cher que le projet initial, qui atteignait pourtant déjà près de 21 millions d'euros! Sans compter les études financées par la ville (de plusieurs centaines de milliers d'euros), les projets déposés par les architectes pour le site du Prado...

Dans l'opposition, nous avons toujours demandé une étude d'impact d'un tel équipement de 5000 places. Malgré les promesses, le maire ne nous a jamais fourni les éléments nous permettant de nous prononcer sur l'utilité d'un tel équipement à un tel coût.

Après le retard pris dans la rénovation de la Maison de la culture (plus d'un an de perdu) qui rend précaire l'existence à Bourges d'une scène nationale pourtant de qualité et sans qu'il y ait eu de véritable débat sur ce sujet, après la fuite en avant sur le projet Avaricum et sa vente annoncée à perte (un projet qui coûtera aux Berruyers plus de 2 millions d'euros pour vendre un espace public au privé), il est temps de dire stop au gaspillage de l'argent public et des énergies!

lundi 22 novembre 2010

Maintenir la mobilisation

La loi sur les retraites est passée. Certes. Un nouveau gouvernement est en place. D'accord. Pour autant la fiche de route de Sarkozy reste la même: nous faire les poches pour redistribuer à ses commanditaires.

Donc demain: manifestation à Bourges place Séraucourt à 10h30 à Bourges. Les communistes de Bourges seront présents avec en main, l'invitation au débat pour un projet partagé qui se tiendra à Bourges le 3 décembre prochain.

Je vous invite à signerla pétition pour un référendum sur les retraites qui a déjà recueilli plus de 200 000 signatures.

lundi 15 novembre 2010

Remaniement et Champs-Elysées

Il y a deux semaines on gagnait une heure de sommeil. Le week-end dernier, on a gagné vingt ans d'un coup avec la nomination d'Alain Juppé au gouvernement au lendemain de l'exhumation de Champs-Elysées, l'émission emblématique des années 80. Il en va ainsi de la vie politique comme de la vie médiatique: rien ne se perd, rien ne se crée...

Plus sérieusement, le remaniement opéré par Sarkozy et son collaborateur Fillon ne change rien à la politique menée depuis trois ans et demi, parce que celle ci se décide au MEDEF et dans les conseils d'administration des grands groupes. C'est pour cela que je suis allé à l'appel de l'intersyndicale, manifester devant le siège du MEDEF à Bourges ce soir. C'est là que se tricote chaque jour la politique qui fait si mal à la majorité d'entre nous..

La seule satisfaction que j'ai éprouvée, c'est de voir partir les ministres dits d'ouverture qui n'étaient devenus que des pitres pitoyables servant leurs propres intérêts. Et je me suis posé des questions, plus locales cette fois. Quelle position le radical associé à l'UMP Serge Lepeltier va-t-il prendre face au gouvernement, maintenant que son mentor Borloo est parti? Que va faire l'ancien socialiste Eric Maginaud passé à la "Gauche moderne" (entendre celle qui sait composer avec l'adversaire) alors que son chef de file, le discret Bockel, ne fait plus partie de l'équipe?

Finalement, ce ne sont pas des questions essentielles. La nature du projet que nous devons porter pour changer cette politique et dégager de l'espoir et de l'action pour notre peuple est une question bien plus intéressante.

C'est à celle ci que nous devons répondre. Un rendez-vous à ne pas manquer: le forum du Front de Gauche pour un projet partagé le 3 décembre à Bourges avec André Chassaigne au restaurant des Rives d'Auron près de la médiathèque à 18h30.

dimanche 7 novembre 2010

Que fera la gauche demain?

C'est avec le cahier du projet lancé par le PCF portant ce titre, que les communistes étaient présents hier dans la manifestation berruyère contre la loi sur les retraites. La question est légitime dans un mouvement social qui a une nouvelle fois montré sa force dans la rue, pour la 8ème journée de mobilisation.

Certes, ce n'était pas la plus grande manifestation depuis le début du mouvement. Mais ce sont quand même plus d'un million de personnes qui ont défilé partout en France et plusieurs milliers à Bourges. Les petits lieutenants de Sarkozy pérorent et voient dans la baisse du nombre de manifestants une adhésion grandissante à leurs projets néfastes. Sans rire. Si le ridicule tuait, nous aurions depuis longtemps enterré les Châtel, Lefebvre, Woerth et compagnie.

J'ai déclaré dans la manif à un journaliste du Berry républicain (qui n'en publie rien dans ses colonnes aujourd'hui) qu'il fallait faire reculer le gouvernement maintenant et ne pas attendre 2012. Déjà des voix à gauche donnent rendez vous aux élections présidentielles alors qu'il conviendrait de chercher et d'encourager toutes les formes de mobilisation pour dès maintenant battre la droite et le Medef. Car les projets de réforme de la Sécu comme de la dépendance des personnes âgées sont dans les tuyaux et promettent de nouveaux reculs sociaux. Il y a donc nécessité de contrer leurs logiques et leurs mesures.

Mais si la question de 2012 est posée, notamment par des manifestants, il faut bien évidemment y répondre. C'est par le projet il me semble que nous le ferons. Dès maintenant aussi. Soyons clair: la simple alternance droite-gauche n'apportera rien de bon, si ce n'est peut-être un peu moins d'arrogance. C'est déjà pas mal me direz vous. Mais ça ne suffit pas loin de là. Parce que dire qu'on reviendra sur la loi sur les retraites mais allonger le temps de cotisation à 41,5 années ne fait pas le compte. C'est déjà capituler face aux marchés financiers qui veulent mettre la main sur le pactole des retraites comme de l'assurance maladie par exemple.

C'est pourquoi le PCF lance les cahiers du projet en mettant au cœur d'une politique de gauche, une autre répartition des richesses que les salariés créent mais qu'une minorité de parasites s'accaparent.

C'est pourquoi le PCF avec ses partenaires du Front de Gauche tiendront un forum public le 3 décembre prochain à Bourges avec notamment André Chassaigne, député du Puy de Dôme, sur le thème: Que peut la gauche face au pouvoir financier?. Ce débat se tiendra au Restaurant des Rives d'Auron, près de la Médiathèque de Bourges.

jeudi 4 novembre 2010

Le 6 novembre, tous ensemble!

Samedi aura lieu une nouvelle journée de mobilisation à l'appel de l'intersyndicale pour défendre la retraite contre la loi votée par le Parlement. Nous pouvons obtenir son retrait si la mobilisation est forte.

Alors samedi, rendez-vous à 14h30 Place Séraucourt.

Calendrier

« novembre 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact