Notre collègue et amie Anne-Marie Guillonneau s'est éteinte dans la nuit de samedi à dimanche. Elle siégeait avec moi au Conseil municipal de Bourges depuis 2001, dans le groupe d'opposition de gauche.

Je connaissais Anne-Marie depuis 1995 date à laquelle, au soir de la défaite de la gauche aux municipales, je l'avais rencontrée dans le bureau de vote de Pignoux pour le dépouillement.

Depuis nos chemins se sont souvent croisés au gré de combats communs, comme dans la défense des droits des étrangers et des sans papiers ou contre la droite locale. Anne-Marie m'avait soutenue en 2008 aux élections cantonales dans le canton 2 de Bourges qu'elle connaissait si bien: comme candidat de toute la gauche, elle m'avait apporté un soutien sans faille.

J'appréciais la militante au caractère trempé et aux convictions sincères; je ne les partageais pas toujours: nous avions eu d'âpres débats sur le traité constitutionnel européen qu'elle défendait en 2005 alors que j'étais dans le camp du Non.

J'admirais aussi son engagement auprès des enfants victimes.

A ses proches, aux militants du Parti socialiste, j'adresse mes condoléances sincères.