Yannick Bedin - Conseiller municipal de Bourges

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 20 juin 2011

Nouveau blog

Retrouvons nous désormais sur mon nouveau blog à cette adresse

http://www.yannick-bedin.org/

dimanche 5 juin 2011

Retour de la conférence nationale du PCF

J'ai participé aux débats de la conférence nationale du PCF ce week-end à Montreuil (93). J'en retire plusieurs enseignements.

D'abord l'extraordinaire vitalité du débat dans le parti: un débat à près de 800 voix, respectueux des avis contradictoires et des options de chacun. Partout la même volonté de faire avancer la réflexion collective et de répondre aux fortes attentes populaires en matière de salaires, de revenus, d'emploi, de services publics. J'ai particulièrement apprécié l'intervention d'André Chassaigne hier qui a plaidé pour un Front de Gauche qui ne serve pas à nous même, mais qui soit utile au peuple et à la nécessité de changer de société. D'ailleurs, nous n'avons pas seulement parlé de candidatures, mais aussi du projet populaire partagé qui tiendra lieu de programme à la présidentielle et aux législatives.

Ensuite les avancées démocratiques indéniables: les communistes auront à se prononcer en toute souveraineté et en pleine connaissance des enjeux sur le nom de celui qui incarnera le Front de Gauche en 2012 à l'élection présidentielle. La Conférence nationale a adopté la résolution proposant de soutenir Jean-Luc Mélenchon dans le cadre d'un accord global, à 63%. Le bulletin de vote comportant les trois noms à soumettre aux communistes a recueilli l'assentiment de 80 % des délégués, signe que l'aspiration démocratique est forte dans le PCF. Au passage, je trouve étonnant que l'on puisse écrire dans certains journaux que les communistes auraient voté alors qu'ils le feront du 16 au 18 juin. C'est à eux seuls que la décision reviendra. Loin d'affaiblir l'unité des communistes, j'y vois la garantie de leur mobilisation puissante autour du choix majoritaire qu'ils effectueront.

Enfin, la conférence a fait apparaître un véritable investissement dans le Front de Gauche du PCF et de ses militants qui s'y retrouvent très majoritairement. C'est là la condition pour réussir à créer l'événement en 2012, chasser Sarkozy du pouvoir et mener une politique à gauche à la tête du pays et au Parlement.

vendredi 3 juin 2011

Passé recomposé*

C'est à sa fille Pascale que nous devons aujourd'hui la publication des souvenirs de Roger Cherrier décédé en 2009. Souvenirs partiels puisqu'ils couvrent la période allant de la naissance de son père en 1928 à l'année 1945.

La lecture de ce livre est aussi jubilatoire qu'instructive. Dans un style concis, écrit au présent, ces souvenirs d'enfance et de jeunesse sont incroyablement vivants. Pour ceux qui l'ont connu, et ils sont nombreux, on retrouve l'humour et la causticité qui caractérisaient si bien Roger, sa simplicité et sa franchise aussi.

Il nous donne à ressentir ce qu'était la vie dans les années 1930 à Bourges et pendant l'Occupation. La vie du quartier du Beugnon, de l'école Barbès, du lycée Alain Fournier alors place Cujas où le fils d'ouvrier communiste entrait non sans fierté mais un peu mal à l'aise. C'est l'époque où à Bourges, on est des Justices, des Big' ou de l'Aéroport; l'époque où « La ville », c'est avant tout la rue Moyenne. Roger enfant, s’émerveille du goût des fruits, des plaisirs simples d'une vie modeste, des belles échappées à la campagne. Et puis il y a les livres qu'il dévore et qui feront de lui un homme cultivé.

Son livre à lui fait revivre tous ceux, anonymes ou connus, qui marquent le parcours du jeune garçon puis de l'adolescent. Tout ce peuple communiste, avec lequel il vibre et dont la description émouvante fait comprendre ce qui a forgé les convictions du jeune Roger. Les rassemblements à la Bourse du Travail, Place Malus, et les manifs de 36, les défilés et l'Internationale chantée dans les rues de Bourges, les soirées animées par la « Prolé ». La force du livre réside dans la justesse du point de vue. On ne trouvera pas dans ce récit de panégyrique concernant tous ceux qui parmi ses proches, et ils sont nombreux, ont connu la misère de l'Occupation, la répression, la mort.

Roger Cherrier ne cherche jamais à prendre une part de la lumière et de la gloire qui revient aux siens. Il porte sur eux le regard de la jeunesse et nous le fait partager. La grand-mère si présente, héroïne du quotidien, qui s'occupe de lui et de son frère après l'arrestation de leurs parents, les copains du parti, les figures de la Résistance venues porter un message, des tracts ou des journaux et que Roger ne fait que croiser, l'oncle Marcel et le cousin André, clandestins, dont il a peu de nouvelles. Roger raconte ses visites au camp de Royallieu à Compiègne où son père René est enfermé, celles à sa mère internée à Saint-Anne pour se soustraire à la prison. La dureté des conditions de vie durant l'Occupation avec son lot de privations matérielles et affectives, les nouvelles des arrestations ou des exécutions de camarades, sont particulièrement bien restituées. Tout comme le dégoût qu'il ressent à voir des femmes tondues à la Libération par des types sortis de nulle part et pour lesquels il n'a que mépris.

La Libération, tant attendue et pleine de promesses, sonnera pour Roger comme l'aube d'un engagement à la cause communiste à laquelle il restera fidèle toute sa vie.

*Roger Cherrier, Passé recomposé, Éditions de l'Ours blanc, 15€

Calendrier

« juin 2011
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Catégories

    Suivez moi sur Twitter

    Derniers Commentaires

    Contact